La société française Pernod Ricard, satisfaite du jugement en faveur de la marque Havana Club

La Havane, (acn) La société française de boissons et liqueurs Pernod Ricard a exprimé, à Paris, sa satisfaction pour la sentence émise en faveur de la marque cubaine de rhum Havana Club dans le litige de propriété intellectuelle qui vient d’être jugé en Espagne.

Le directeur juridique du groupe Pernod Ricard, Ian FitzSimons, a signalé dans un communiqué que la décision du Tribunal Suprême espagnol de rejeter les tentatives de Bacardi de lui disputer l’utilisation de la marque cubaine Havana Club, confirme la transparence des opérations de la société française.


Dans un texte repris par l’agence Prensa Latina, il a précisé qu’il s’agissait d’une tentative délibérée de son concurrent Bacardi de s’attribuer le succès d’une marque utilisée depuis 1993 par Pernod Ricard pour la commercialisation des rhums cubains.


Pour sa part, le directeur général de Pernod Ricard Espagne, Philippe Coutin, a signalé que la décision du tribunal leur permettra de continuer de développer une large gamme d’authentiques rhums cubains.


Il a affirmé que Havana Club est une marque qui a acquis une grande notoriété en Espagne, qui s’est convertie en l’une des de plus estimées de l’industrie des spiritueux, et qui est enregistrée dans plus de 120 pays.


Le communiqué souligne que Havana Club est l’une des marques de liqueurs de rythme de croissance le plus élevé du monde, et que, depuis la signature, en 1993, de l’accord commercial Joint Venture entre la compagnie Cuba Ron S. A et le groupe Pernord Ricard, les taux de croissance des ventes ont toujours été de deux chiffres.


Pour illustrer cette affirmation, la prestigieuse entreprise française a annoncé que les ventes de Havana Club ont été de 3,5 millions de caisses de neuf litres au cours de l’année fiscale qui termine en juin 2010.


Chaque année, à Genève, Cuba accuse de nouveau les Etats-Unis devant l’Organe de Règlement des Différends de l’Organisation Mondial du Commerce de permettre l’usurpation de marques déposées sur son territoire.


Il s’agit, concrètement, de l’utilisation non autorisée du label Havana Club par l’entreprise étasunienne Bacardí, une violation condamnée par l’OMC qui a émis une série de résolutions qui n’ont jamais été appliquées par les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s