Mouvement des pays arabes, l’onde de choc… quelques notes rapides…par D.B

Une ou deux réflexions sur les événements dans les pays arabes. Il ne faut pas être naif, l’Amérique et les pays occidentaux ont joué « le contre-feu » et tentent de maîtriser les mécontentements en utilisant l’absence d’alternative politique correspondant à la nature réelle du mouvement qui a une composante démocratique essentielle. Composante démocratique qui cependant ne se limite  certes pas à  la démocratie définie par l’occident et rappelée par Hilary Clinton: aboutir à des élections en plaçant des hommes de paille au contrôle de la transition. D’où le fait que les etats-Unis et leurs alliés  jouent  avec un  feu qui ne s’arrêtera pas aisément vu le niveau politique du mouvement, sa dimension de classe et l’onde de choc qu’il suscite et suscitera

Le mouvement  a incontestablement  une dimension de classe fondamentale, il porte  une véritable exigence démocratique, par et pour le peuple, qui ne peut se satisfaire du processus proposé par madame Clinton. C’est d’ailleurs une caractéristique qui mérite d’être étudiée que cette revendication au travail, à la dignité, ce mouvement qui ne part d’aucune guerre, et qui pose directement l’unité du peuple, alors qu’il n’y a aucune organisation en capacité réelle de l’impulser, à analyser le rôle des syndicats, celui d’internet étant mis en avant faute de mieux. Parce que le niveau de la révolte est élevé dés le départ, de ce fait, le risque est grand que l’on joue pour l’opinion publique occidentale le grand air de l’islamisme et pour les masses arabes la répression, avec l’enjeu que représente l’armée.

Il est évident que les partis islamistes tentent de récupérer le mouvement populaire et ils ont joué en Egypte en particulier une politique d’assistance et de solidarité, mais non seulement ils ont subi une répression qui les a affaiblis mais cette solution politique s’est déconsidéré avec les excès d’Al Qaïda, et surtout ils ont une composante bourgeoise très forte, et certains de leurs dirigeants sont très inquiets devant le caractère de classe de ces révoltes. On peut interpréter la plupart des mouvements islamistes comme représentant une dimension bourgeoise et nationale dans des pays où le colonialisme n’avait pas créé de bourgeoisie nationale, les élites étant colonisées. Mais la mondialisation impérialiste a développpé un antagonisme de classe à un niveau croissant et la bourgeoisie islamiste n’est plus apte à y faire face sans un appel à son propre fascisme représenté par des forces comme celle d’Al qaida. Les ententes entre l’armée et un islam politique peuvent déboucher sur un partage du gâteau comme cela se voir en Algérie, tout en favorisant une insécurité maximale pour la population puisque l’argument d’un pseudo terrorisme islamiste est utilisé contre elle avec des provocations.

Mais là encore, il faut bien mesurer que ceux qui ont le plus pâti de ce fascisme islamiste sont les masses arabes et que celles-ci, le mouvement en témoigne, sont étonnantes de force tranquille, la vraie, et de refus des provocations de toute sorte.

Il suffit de relire les textes publiés ici même sur ces pays pour percevoir que cette dimension de classe et les révoltes du monde ouvrier, celle des jeunes diplomés voués à l’informel et au chômage ne datent pas d’aujourdhui. En Egypte en particulier. C’est même, selon moi, pour cela que les Etats-Unis, les occidentaux tentent de préserver leurs intérêts par un contre-feu.

Mais ils risquent de jouer les apprentis sorciers parce qu e la situtation est devenue intenable et les exigences de la rue ne s’arrêteront pas même si la répression intervient et remporte des succès temporaires, dans le temps long nous sommes bel et bien entrés dans un ébranlement de grande puissance et dans la durée.

De surcroit on ne peut que se réjouir (et le parti communiste israélien n’a pas manqué de s’en saisir) de la manière dont ce mouvement de classe pose les problèmes de la dignité et du refus de la corruption jusqu’à la question de la soumission de leurs gouvernements à la politique des Etats-Unis et d’israël. C’est la nature impérialiste qui est dénoncée en particulier celle d’israël, avant poste impérialiste dans le monde arabe, et en israël même. La nature raciste et capitaliste, spoliatrice et antidémocratique du pouvoir israélien est de même nature que celle des potentats arabes. En s’emparant des territoires palestiniens et s’avérant être l’instrument par excellence du néo-colonialisme au Moyen orient, l’extrême-droite israëlienne n’est plus un bouc émissaire  racial commode mais un système qui doit être détruit comme les autres, il  doit subir la même onde de choc. Si le mouvement sait éviter les aspects raciaux et religieux de la division, tout en ne frappant pas d’exclusive les forces politiques au nom d’un pseudo danger islamiste, la Palestine et son peuple ne peuvent que trouver là le chemin d’une émancipation nationale.

L’effet domino ne s’arrêtera pas, je vous invite à attendre ce qui est en train de se préparer en Algérie pour le 12 février, nous sommes devant un processus compliqué par le fait que les occidentaux, israël et les Etats-Unis tentent de la contrôler en profitant du fait qu’il n’y a pas d’organisations de classe au niveau des masses, mais c’est de ce genre de mouvement qu’elles pourront surgir.

DB

6 commentaires

  1. DUBITATIF
    Je ne pense pas que l’on puisse parler  » du peuple égyptien  » comme on peut parler du peuple tunisien –
    Ce sont deux peuples qui n’ont rien en commun….

    Pour, j’ai de bonne raison de penser que les Tunisiens ont une vraie culture – aspire à la démocratie mais aussi à maintenir la laïcité

    Le sort du peuple égyptien  » doux et gentil  » [ RIRE ] – Je ne peux oublier : Ce que j’écrivais le 02.01.2011

    Soyons lucides
    Que faut-il faire de plus, jour après jour, pour faire comprendre à nos compatriotes de langue et de culture française que cette religion musulmane misogyne, xénophobe et raciste ne peut que générer partout où elle est dominante la persécution des chrétiens, mais aussi des athées et des agnostiques?
    Suite : http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-islamophobie-2011/
    Crab 31 Janvier 2011

    • Que faut-il faire de plus, jour après jour, pour faire comprendre à nos camarades, travailleurs de tous pays, que votre discours les divise entre musulmans et chrétiens au lieu de les unir contre l’ennemi commun?

      Vous proposez un front des athées, des agnostiques et des chrétiens contre l’islam comme d’autres proposent un front des musulman, des chrétiens et de tous les autres obscurantistes contre le « matérialisme », l’universalisme et le « mondialisme ». Le choc des cultures, qu’il soit celui des « civilisations » entre elles ou de ces mêmes civilisations contre les « -isme » de la modernité (c’est en somme ce que proposent certains musulmans français comme le fasciste Yahia Guasmi), remplace le choc des classes. Votre pensée est incompatible avec les combats que nous menons ici. Allez plutôt voir du côté de Français de Souche ou d’Egalité et Réconciliation…

      Diffuser l’islamopphobie sous couvert de laïcité est d’autant plus mesquin que le premier des ennemis religieux de l’émancipation a été en Europe le christiannisme. Dois-je vous rappeler l’inqisition? Par ailleurs, votre indignation sélective et RACISTE repose soit sur une profonde inculture soit sur une volonté de manipuler. Il y a en effetd es dizaines de passages de la Bible, y compris du nouveau Testament, qui sont mysogines et/ou homophobes et/ou poussent au fanatisme. EN voici un exemple, tiré du chapitre 11 de l’Epître aux Corinthiens de Saint-Paul :

      « Je veux cependant que vous sachiez que le chef de tout homme c’est le Christ, que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu. « 

  2. J’ai décidé de limiter mes interventions, et de ne parler que si je sens un danger contre lequel je puis tenter de prémunir des gens avec lesquels j’ai longtemps combattu, en l’occurence les communistes de toute obédience, parce qu’ils ont ou devraient avoir en charge de tenter d’éclairer les enjeux politiques.
    Ce que vous dites sur l’Islam est selon moi particulièrement inadapté à la situation. la religion est dans le coeur des êtres humains, « opium du peuple, mais aussi expression de la désespérance »disait marx et on ne s’en débarrasse pas comme ça. Staline demandait « le pape combien de divisions » et l’impérialisme lui a envoyé Jean paul II.
    Vos remarques tendent à confondre le moindre foulard qui passe à votre portée avec la question de l’Islam politique et ne nous permet pas d’avancer.
    Le vrai problème de l’Islam politique est selon moi la tentative de créer une bourgeoisie nationale qui participerait dans les temps du néo-libéralisme à la privatisation, et au pillage de l’Etat. Et en tant que tel son objectif réel est de constituer une alliance avec les forces armées en se partageant le gâteau en utilisant la pression populaire, comme cela a été plus ou moins réussi en Algérie ou en Turquie. Et à ce titre quelque soit la réthorique qu’ils déploient, ils se retrouvent plus ou moins contraints à passer des compromis avec les Etats-Unis, donc avec israël. Tous s’entendent sur des bases d’exploitation et de pillage. Mais les forces populaires qui les soutiennent sont en décalage et quand il y a mouvement ils doivent en tenir compte en radicalisant le discours de haine raciale et en jouant l’opposition violente. En tant que tel l’Islam politique, a un spectre très large qui va – toute analogie est fausse bien sûr si on veut aller jusqu’à une totale identification- de la démocratie chrétienne au fascisme. Et les frères musulmans sont toutes proportion gardée quelque chose comme les francs-maçons, ils ont tenté d’être historiquement un vecteur de la modernité pour une bourgeoisie nationale, la plupart des dirigeants du monde arabe ont appartenu à ce courant, quitte à les réprimer ultérieurement.

    Donc un communiste ne doit ni fantasmer l’islam, ni adhérer à sa vision politique, mais savoir qu’une bourgeoisie nationale peut faire partie d’alliances dans un processus démocratique, et surtout éviter de créer des leurres anti ou pro-religieux.
    De ce point de vue, les imbéciles qui s’excitent sur les formes religieuses, ou leur alter ego qui ne peuvent pas dénoncer israêl et ses exactions sans créer l’identité avec la Shoah sont eux-mêmes des petits bourgeois qui tentent d’occulter le point de vue de classe, le seul qui peut rassembler.

    Parce que le vrai problème est ce que vivent les masses arabes, je viens de placer le texte « Nous voulons vivre comme des êtres humains » d’un collègue de mon université par Ricahard jacquemond parce qu’il montre bien à quel point l’exigence démocratique est étroitement celle d’un point de vue de classe d’un peuple opprimé.

    Voilà, nous aurions besoin des communistes, mais ils semblent désormais avoir à coeur y compris ai plus haut niveau d’avoir une vision totalement subjective, voir même raciste au lieu d’apporter ce point de vue de classe et comme je ne m’y reconnais plus je laisse marc harpon qui est jeune et plein d’énergie mener le combat. Simplement je suis attachée ne serait-ce qu’à cause de mes petits enfants à ces peuples arabes et je tente de dire quelques mots.

    Peut-être que je suis trop alarmiste, mais dans ces temps de crise, l’islamophobie me paraît extraordinairement dangereux – et quoiqu’en pensent certains sionistes- elle va de pair avec l’antisémitisme et toute forme de racisme, de négationisme, le petit bourgeois pris de haine et qui refuse d’entrer dans la lutte anti-capitaliste, anti-impérialiste est à la recherche d’identités mythiques, d’une « unanimité » fusionnelle qui lui économise le combat, parce qu’il est insécurisé par la peur du chômage, de la dégradation de ses conditions d’existence, parce qu’il perd ses repères, il veut aimer « les siens » et se trouver des boucs émissaire, dans l’étranger, celui que l’on ne comprend pas, il cherche « la communauté », le nazisme a combiné « amour des siens » avec une logique sacrificielle, celle du bouc émissaire… De ce point de vue, nous sommes comme les israéliens, comme les peuples arabes, soumis aux mêmes mécanismes idéologiques, et le rôle des communistes n’est pas de les entretenir.
    Parce que la France qui est un des pays du monde où il existe deux communautés religieuses très fortes, juifs et arabes, sur un fond chrétien qui est lui-même très discriminatoire, a un héritage colonial, nécessite d’éclairer les « enjeux politiques ». Nous avons un nombre croissant de gens qui ont une double nationalité, si nous jouons à mythifier les enjeux cela ne peut que servir la droite et l’extrême-droite, empêcher les combats de classe et démocratique dont nous avons aussi un urgent besoin… Il faut donc développer des solidarités et ce sur les bases qui ont été celles jadis du parti communiste, internationalisme, lutte des classes, combat pour la démocratie, respect des identités religieuses , laïcité et cela passe par une analyse disons « marxiste », celle de rapports de classes dans le cadre de formations sociales scpécifiques, nationales mais aussi linguistiques, historiques, et que vous le vouliez ou non le monde arabe existe, c’est celui où l’on parle arabe avec une religion dominante, l’islam, un passé colonial auquel a succédé une situation autocratique de néo-colonialisme. Pour le reste il est vrai que l’Egypte n’est pas la Tunisie, ni l’Algérie.

    Danielle Bleitrach

  3. Je ne sais pas si vous avez lu cet article :

    http://www.michelcollon.info/Mohamed-Hassan-Les-causes-de-la.html

    Il rejoint en gros ce que nous dit Danielle.

  4. N’oublions pas que ce mouvement s’inscrit dans les luttes mondiales des Peuples contre la sauvagerie et le pillage du capitalisme des pays du Tiers-Monde. Pillage qui a son essence dans les pays industrialisés assoiffés des richesses naturelles des pays pauvres parce que elles lui sont indispensables pour maintenir tant qu’ils le peuvent une domination du monde . Surtout l’illusion de leur pseudo-démocratie dans le milliard d’habitants des pays industrialisés même s’il comporte une minorité sociologiquement exclue ! Sans cet apport de richesses naturelles volées aux pays pauvres la majorité vivant bien des pays dit »riches » risque de basculer et alors les gérants du capitalisme auraient vite du souci à se faire pour faire perdurer leur sale régime ! Alors ils vont livrer avec leurs complices corrompus des Gouvernants en place dans ces pays du Tiers-Monde une guerre sans merci contre les Peuples qui n’en peuvent plus de misére et de sang versé ! Mais cette guerre là contre les Peuples est la seule qu’ils ne peuvent pas gagner pour peu qu’ils prennent conscience à se rassembler dans l’unité pour la justice sociale. Et les pays de l’ALBA en sont une démonstration éclatante ! Les complots, les crimes de la dictature bourgeoise n’y pourront rien !!!

  5. Une fois de plus Joannes, ton enthousiasme bien compréhensible te fait gommer les contradictions réelles… S’il est évident que la social-démocratie a accueilli en son sein des Ben Ali, de Moubarak et bien d’autres, le mouvement des peuples en Amérique latine, se trouve lui aussi placé dans des logiques anti-impérialistes (voir aussi questions de l’OPEP)bien complexes.
    Il y a des positions d’Etats qui admettent des alliances avec des gouvernments dictatoriaux (basés eux-mêmes sur des partages du gâteau entre armée bourgeoisie), comme celui de Bouteflika en Algérie, ou celui des mollahs iraniens, des systèmes qui sont très répressfs et très spoliateurs à l’égard des peuples.
    L’impérialisme joue là-dessus, et Obama tente de pousser en avant la revendication « démocratique » au profit de nouvelles alliances qui isoleraient et diviseraient les forces anti-impérialistes. ce faisant comme je le dis dans l’article, il s’agit d’une contre-feu limitant la démocratie au simple jeu électoral parfaitement maîtrisé par l’organisation de la transition. mais l’exigence de la démocratie est aussi bien réelle pour des pêuples où les citoyens ne sont plus considérés comme des êtres humains, frappés, violentés, assassinés et il n’y a pas qu’en Egypte où cela se passe comme cela. Jusqu’à présent l’impérialisme a tenté de prendre prétexte de ces droits bafoués, à commencer celui des femmes, ou celui de mla presse, pour intervenir militairement. mais il a provoqué des sursauts nationaux face à la réalité que créaient ces interventions en irak, en Afghanistan, alors il tente de jouer sur les révoltes internes et là comme je le dis il joue avec le feu.
    Il a comme alliés objectifs les islamistes qui cherchent l’alliance avec l’armée. Et ce qui se passe en Egypte, les pseudo maladresses et déclarations de leur candidat voulant imposer un départ immédiat et provoquant de ce fait un rapport de forces, ou encore les déclarations iraniennes en faveur d’une islamisation de l’Egypte, tout cela va a contrario du mouvement populaire.
    Mais il faut bien mesurer que si le PS, a accepté dans son sein des autocrates qui paraissaient respecter la démocratie formelle occidentale et l’anti-islamisme primaire, les forces progressistes d’Amérique latine ont noué également des alliances avec des autocrates. Il y a des bases objectives importantes à cela: le respect de la souveraineté des peuples, le refus du pillage des ressources. Donc tant qu’il s’agit de repousser invasion et pillage, on fait corps avec eux.
    mais cela n’impose pas qu’un communiste soit d’accord avec les autocrates, ni avec les visions racistes, antisémites, etc… de ces dirigeants, pourtant tel est parfois le cas… C’est pour cela que je m’insurge contre le fait que chaque fois qu’on attaque l’impérialisme israélien, en Amérique latine on se croit obligé comme le président iranien d’en rajouter une couche sur l’holocauste… Je pense que c’est un signe de faiblesse et une manière de former les camps qui affaiblit(1).
    Jadis les Cubains étaient parfaits dans leur capacité à distinguer ce qui relevait des Etats et d’une diplomatie fondée sur la souveraineté et le repect des nations et leur positionnement de communistes. Actuellement les cartes se brouillent, et comme je n’ai pas envie de jouer à la manière de certains de mes camarades troskistes exigeant une « pureté politique » qui ne peut que servir l’impérialisme, mais considérant qu’il y a effectivement là une contradiction qui risque de nuir au mouvement anti-impérialiste, j’observe en espérant que tout cela se décantera avec la lutte des peuples, leur manière de poser les problèmes de la démocratie sur le fondamental et non sur le subjectif… Je commence à être optimiste tout en mesurant que nous ne pouvons l’être que dans la longue durée.
    Danielle Bleitrach
    (1) Outre le fait que je considère cela comme inadmissible par rapport au dix-huit membres de ma famille déportés dont une seule est revenue. Revendication parfaitement légitime, parce que si je suis communiste c’est parce que je hais l’injustice a fortiri quand elle me touche. Résultat ceux qui s’amusent à jouer avec cette référence peuvent toujours se brosser pour que je manifeste une quelconque solidarité avec leurs combats qu’il s’agisse des israéliens, sionistes qui utilisent le martyre juif pour opprimer et voler les palestiniens, ou leurs homologues, faux anti-impérialistes et vrais racistes qui se permettent de créer l’identité, juifs, israéliens et pratiquer le négationisme sous diverses formes, y compris en identifiant l’holocauste à chaque exaction israélienne. Tout cela ne sert que l’extrême-droite. J’ai dis et me voilà soulagée… :-))
    J’ajouterai sur ce sujet que le premier pays à avoir fait la folie de reconnaître l’Etat d’israêl est l’URSS de joseph Staline, que voulez vous qu’il advienne d’une pays fondé sur une identité négative, sur le seul ciment d’avoir été des victimes pendant des millénaires et d’avoir subi la Shoah, sur une terre que l’on considérait comme vide d’occupants légitimes ? On se débarrassait des juifs, et alors que tous n’ont pas fait ce choix insensé on les pousse de tous côtés vers ce ghetto, en les rendant coupables de ce malheur historique. Il faudra bien qu’un jour tout cela s’arrête mais cela ne se fera pas tant que l’antisémitisme après avoir été l’anticapitalisme des imbéciles et des nazis, est en train de devenir l’anti-impérialisme des mêmes. Par parenthèse on est en train d’agir de la même manière avec les tziganes en leur créant une identité mythique au lieu de résoudre les problèmes que pose ou que ne pose pas l’existence d’un peuple nomade. Qu’un communiste se prête à cela est indigne… et politiquement indéfendable.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s