Peuples d’Europe soulevez vous ! par Gilbert Rodriguez


 

 

 

Cette apostrophe, cette invite, ce cri de colère affiché sur l’acropole d’Athènes par les communistes grecs et les militants syndicaux du PAME est sans doute ce qui convient le mieux à la situation que nous connaissons aujourd’hui.

 

Peuples d’Europe soulevez vous, unissez vous non pas pour sauver l’Europe du capital en perdition mais pour recouvrir votre souveraineté et votre liberté !

 

A gauche cependant, pratiquement toutes forces confondues, tout se passe comme si une ligne rigoureusement tracée par les forces dominantes, empêchait une dénonciation claire, précise, sans équivoque de l’Europe fédérale et supranationale construite par les accords, les traités et les institutions politiques, financières et judiciaires.

Il faudrait en quelque sorte sauver l’Europe malgré elle !

 

Soumission à l’idéologie dominante !

Crainte d’être taxé de populiste, d’archaïque, d’enfreindre les dogmes libéraux ?

 

Car l’appel à changer l’Europe résonne comme un appel creux, bâti sur une illusion et ne peut donc conduire qu’à des impasses !

Par exemple dans le très récent appel publié dans l’Humanité du mardi 30 novembre on peut relever la formulation suivante : » L’Union européenne ne sortira de la crise que si elle s’affranchit de la pression des marchés financiers et si elle s’attelle à la construction d’une Europe sociale, solidaire et démocratique telle que le réclame la Confédération européenne des syndicats »

Et suffit-il de lancer « une grande initiative publique d’ampleur européenne pour obtenir cette taxation des mouvements de capitaux à l’échelle européenne » comme le propose Patrick le Hyaric, député européen ?

 

Car, comment ignorer que par construction institutionnelle et mise en œuvre des traités (Traité de Rome, Traité de Maastricht, Traité constitutionnel de 2005, Traité de Lisbonne …) sont instituées :

 

  • la prédominance de la guerre économique et du dumping social (« concurrence libre et non faussée » )
  • la soumission des états à la dictature des marchés financiers par l’interdiction d’emprunter auprès de la Banque centrale, par le rôle dévolu à la dite banque, comme par la détermination de son statut d’indépendance par rapport à toute instance politique

 

Et, Les institutions européennes, la construction politique, le fonctionnement économique de la zone euro, la violation récurrente de la volonté des peuples qui composent l’Europe (le contournement des votes français, néerlandais et irlandais) donnent une cohérence massive au projet européen ; puisqu’il s’agit :

 

  • d’ une construction mise hors de portée de l’intervention populaire
  • d’une construction au service d’une minorité de privilégiés
  • d’une construction vassale soumise aux visées stratégiques de l’Empire état-unien au plan économique dans l’acceptation des instruments de la domination impériale (FMI, Banque mondiale …) comme au plan militaire (OTAN).
  • d’une construction qui dès le départ s’est fixé comme objectif l’affaiblissement des états et la prédominance des forces du marché ( Jean Monnet « plutôt unir les hommes que les états« 

 

En conséquence la construction d’une « Europe sociale, solidaire et démocratique« , l’appel à ce que l’Europe devienne l’affaire des peuples constituent une totale illusion SANS une remise en cause radicale de ses institutions, de ses traités comme de ses objectifs politiques.

 

Autrement dit sans un détricotage de la construction européenne actuelle et sans un retour à la souveraineté des peuples et des états.

Et qu’on ne nous « bassine  » pas avec les dangers du repli nationaliste et du populisme!

 

Il n’y a pas plus internationaliste que les peuples cubain, vénézuélien, bolivien … et plus soucieux de construire une intégration économique régionale comme de participer à de réelles et efficaces actions de solidarité internationale !

 

Sauf qu’ ils construisent leur propre intégration régionale, la coopération économique entre leurs nations dans le respect de leurs souverainetés nationales et en s’étant attelés à la construction des outils économiques et médiatiques de leur indépendance et de leur liberté (Banque du Sud, Télésur …).

Autrement dit en se donnant les moyens politiques, économiques … d’un véritable projet d’émancipation et de progrès pour leurs peuples et pour l’ensemble du continent.

 

Et pour nous n’est-il pas temps de se donner le même type de perspective en n’hésitant pas à faire sauter les verrous que les puissants ont posé au libre déploiement de l’initiative de nos peuples ?

 

Décidément, l’heure est bel et bien à la résistance pour se dégager de la domination des marchés financiers comme des instruments politiques mis en place pour pérenniser cette domination !

 

Gilbert Rodriguez

3 commentaires

  1. Premier geste, premier coup de semonce, participer à cette première initiative non contre les banques (elles ont un sens économique) mais contre les banquiers qui en ont détourné, à leur profit, l’utilité sociale.

    Mardi 7 décembre, je vais symboliquement vider mon compte créditeur de moins de 300 euros.

  2. peuples d’europe soulevez-vous,?
    mais je crois que le p-c grec est entendu,en angleterre espagne, italie,allemagne,irlande belgique dans ces pays les jeunes manifeste la jeunesse qui prend son destin en mains ,cela fait peur aux vas t-en guerres qui nous gouvernent
    pour ce qui est du journal l’humanité il y a longtemps que nous savons,pour qui ses journalistes rament fw

  3. Tout le monde se soumet
    Aux statuts de la liberté
    http://www.artcritique.fr


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s