Une place spéciale en enfer/ Requalification d’Israël en état en voie de fascisme, Personne ne connaît mieux le fascisme que les Israéliens par Bradley Burston Haaretz

Sheikh Jarrah – Jérusalem Est. Personne ne connaît mieux le fascisme que les Israéliens. On leur apprend à l’école, on creuse l’histoire, les
mécanismes et le potentiel d’horreur des régimes fascistes. Les Israéliens reconnaissent le fascisme quand ils le voient. Chez les autres.


On pouvait s’attendre à ce que, une fois que le fascisme aurait pris racine ici, il croîtrait sous la direction d’une galvanisation charismatique et
d’une épuration aux formes savamment orchestrées.
Mais cela serait trop évident pour qu’on puisse le nier. Il faudrait donc une dose de déni, d’inertie, de mémoire sélective, une croyance que les
choses – aussi mauvaises soient-elles – peuvent se poursuivre indéfiniment, pour que le fascisme puisse faire son chemin dans un pays fondé
sur sa trace sanglante.

En fait, il aura fallu le gouvernement le plus dysfonctionnant, le plus à la dérive, qu’Israël n’ait jamais connu, pour que les modérés
comprennent, inconfortablement, par quels stratagème, innombrables, largement maquillés, la droite en Israël et ses supporters à l’étranger
sont parvenus à semer et faire germer les graines du fascisme.

Boaz Okun, le chroniqueur des affaires juridiques du quotidien populaire Yedioth Ahronot, un ancien juge, a écrit, à propos du refoulement de
Noam Chomsky hors d’Israël, « la décision d’expulser le Professeur Chomsky est un décision d’expulsion de la liberté hors de l’état d’Israël. Je
ne parle pas de la bêtise de donner du grain à moudre à ceux qui disent qu’Israël est un état fasciste, mais plutôt de notre peur qu’il soit vrai
que nous le soyons ».

Ce week-end, la police antiémeute israélienne s’est jeté sur un sit-in totalement non-violent près de l’entrée d’une zone de colonisation à
Jérusalem Est où des résidents palestiniens étaient expulsés sur ordre de la justice israélienne pour que leurs maisons soient données à des
Juifs.

Le curieux ne fut pas la brutalité de la police antiémeute, vêtue de gris métal, venue tordre les cous, brandissant des fusils d’assaut, des
matraques, des gaz et des casques, se précipitant sur les manifestants, pour la plupart Juifs, dont un bon nombre de retraités depuis
longtemps.

Ce ne fut pas une surprise que, voyant un jeune reporter de Reshet Bet ( les infos de la radio nationale ) interviewer un manifestant assis par
terre – son micro annonçant visiblement et clairement la couleur – un groupe de policiers brutaux lui sauta dessus et le jeta dans une voiture
de police en lui faisant une clé à la tête.

Au final, ce qui fut vraiment singulier, ce fut de voir une police si entièrement livrée à elle-même, si totalement dépourvue de consignes claires,
sauvage, ayant à décider seule de la marche à suivre, dans une ambiance électrique. Le fascisme dans la confusion.
Pourquoi serions nous concernés par cela ? Peut-être parce que nous nous avons admis divers facteurs qui peuvent amener une société à en
venir au fascisme comme une solution.

Perdre une guerre.
En moins de trois ans nous en avons perdu deux. Nos cibles, le Hezbollah et le Hamas sont mieux armées et mieux retranchées que jamais.
Nos standings stratégique et diplomatique déclinent. L’Iran et la Syrie sont en phase ascendante. Il y a de multiples raisons de penser que la
guerre de Gaza, la source principale de la chute de notre standing international, pouvait largement être évitée, que le nombre de morts civils
est indéfendable et inconcevable. Ceci a pour conséquence

Une quarantaine internationale,
la sensation de devenir un bouc émissaire, et la recherche d’une cinquième colonne intérieure

Une redéfinition radicale des valeurs.
Il n’y a qu’à voir comment s’appelle l’obscène projet d’un Musée de la Tolérance.

Une fatigue olfactive.
Nous sommes totalement insensibilisés aux conséquences d’un refus actif de fournir des denrées de base et des moyens de construction pour
1,5 millions de gens à Gaza, dont beaucoup attendent encore pour reconstruire les maisons que nous avons détruites. Nous sommes
indifférents à l’appropriation de terre appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie, au traitement abusif de Palestiniens en règle aux check
points, aux maltraitances et aux expulsions sommaires d’internationaux, aux ordres racistes, antidémocratiques, et, oui, fascistes des rabbins
d’extrême droite, particulièrement de ceux qui ont une position officielle en Cisjordanie.

Le fascisme du tampon.
« Il y a des millions de raisons pour refuser l’entrée en Israël ». Ce sont les mots de la porte parole du gouvernement lundi, quand on l’a
interrogée sur la politique du ministère concernant les frontières, à propos de l’affaire Chomsky. « Il y a peut-être des millions de raisons, mais
essayer de trouver un seul critère pour le refus d’entrée en Israël et vous trouverez une page blanche » commente l’avocat de l’association pour
les droits civiques, Oded Feller. « le ministère de l’intérieur refuse de les publier, malgré l’ordre de la cour de le faire ».

Le sentiment, que malgré tout, tout va bien.
Il y en aura qui diront que puisque je peux, comme mes collègues de Haaretz, publier ce que je veux , c’est la preuve que nous ne sommes pas
dans un état fasciste , ni dans un régime policier. Le fait est que, si nous n’étions pas des Israéliens Juifs, faisant partie de l’establishment,
chacun de nous pourrait se retrouver à la rue, et avec la même absence de procédure légale ni d’explication légale que Noam Chomsky.

Le sentiment que nous sommes en guerre alors que nous ne le sommes pas.

Application sélective des décisions des cours. Refus courant des mêmes, en particulier par les colons.

Contre vérité à 180 degrés dans la déclaration des autorités que les arabes israéliens et ceux de Jérusalem ont le droit de faire ce qu’ils veulent
alors qu’elles prennent des mesures drastiques en faveurs de leurs voisins Juifs.

Faire de la critique du gouvernement un équivalent de la destruction d’Israël.

Cela se répand hors des frontières. A San Francisco, le canari de la mine de la liberté d’expression dans la communauté Juive, la Jewish
Federation, a revu récemment et a retendu les conditions pour accorder des fonds aux organisations.
« La Jewish Federation ne donnera plus de fonds à des organisations qui, dans leurs missions, leurs activités et leurs partenariats … favorisent,
ou soutiennent, la mise en cause de la légitimité d’Israël en tant qu’état démocratique, Juif, ayant droit à la sécurité, notamment par la
participation au BDS, qu’il soit total ou partiel ».

La ligne directrice est que « les organisations ou les individus, dont les positions sont critiques envers la politique du gouvernement israélien
actuel, tout en étant des partisans du droit à l’existence d’Israël, comme un état juif et démocratique, indépendant et ayant droit à la sécurité »
sont « en général en accord avec notre position politique », mais « un avis préalable du Jewish Community Relations Council ( le conseil des
relations publiques de la communauté juive ) est fortement encouragé et le programme doit être présenté dans le cadre d’une position
stratégique générale qui doit être en accord avec les valeurs fondamentales de la Jewish Federation ».

Comment tout cela a pu se répandre si loin, et si vite ? A cause d’Israël, les Juifs de la Zone de la Baie ( de San Francisco ) qui ne croient pas en
un état spécifiquement Juif, vont-ils perdre leur droit à faire partie de la Communauté Juive ? Est-ce que les Juifs qui aiment Israël mais qui
semblent trop critiques, ou qui soutiennent le boycott pour rendre manifestes leurs critiques, vont être excommuniés de fait ?

C’est un pays libre, je crois.

Publicités

3 commentaires

  1. et OUI ce serait ainsi en Israel, mais dans mon coin de village savoyard, qui s’ en préoccupe …………… si ce ne seront pas les résidents en Israel même qui feront le ménage dans leur écurie gouvernementale ……et intégriste.

    très attristé,

    Yves Le Gloahec

  2. Bonjour, l’aveuglement de certains Juifs conduiront ce peuple de nouveau à l’exil. A juste titre, comment accepter de telles atteintes aux droits fondamentaux et garantir sa légitimité? effectivement, le fascisme se répand en Israël. C’est bien triste de perdre si rapidement la mémoire.

  3. La véritable pulsion fasciste est en chacun d’entre nous et, en ce sens, qu’on puisse être juif et fasciste (ce que l’on sait depuis longtemps, il suffit de se rappeler ce qu’écrivaient là-dessus Einstein ou Hannah Arendt) est un mal, certes, mais un mal « nécessaire ». Il prouve que les juifs sont des êtres humains comme les autres, capables du meilleurs comme du pire. Preuve s’il en est de l’égalité fondamentale de toute l’humanité. Et que le combat pour le progrès passe au sein de toutes les communautés humaines. Et au sein de chaque individu dans chaque communauté. Parfois la tradition culturelle (ou religieuse ou idéologique) et la mémoire historique peut constituer un contrepoids au pire. Parfois.
    Je ne sais pas si les juifs constituent un « peuple » en tout cas, je rappelle qu’en dehors d’Israël il existe une seconde entité juive dans le monde, la région autonome juive du Birobidjan en Russie à la frontière chinoise. Et que son caractère juif (mais Yiddish ! pas hebreu) a été fortement réaffirmé après 1991, y compris par ses habitants non juifs. C’est le seul territoire au monde où la langue yiddish est obligatoire à l’école pour tous. A suivre donc …


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s