La malnutrition affecte 178 millions d’enfants dans le monde par Alejandro Tejeda Rocha

El Corresponsal, lu dans Rebelion, 3 avril 2010
traduit par danielle bleitrach pour changement de société

La malnutrition affecte 178 millions d’enfants dans le monde, la majorité en Afganistán, Bangladesh, Repúblique Democrátique du Congo, Ethiopie, Inde, Kenia, Soudan et Vietnam.167 euros suffiraient pour alimenter chacun d’eux et pour lui garantir ses deux premières années de vie. Pour Alejandro Tejeda Rocha, La malnutrition chronique affecte 54 % des enfants âgés de moins de cinq ans en Afghanistan, selon des données d’Unicef. Un autre pourcentage, encore plus élevé, correspond au nombre de mineurs  dont le poids est au-dessous de ce qui est nécessaire pour son âge.


Fadira Ayari, fonctionnaire de l’Agence des Nations Unies pour l’Enfance, remarque que ce chiffre élevé est la conséquence directe de la pauvreté qui sévit dans ce  pays du centre de l’Asie. Aussi à cause du manque d’éducation et de ressources, qui empêchent que la situation s’améliorent.
 
c’est aussi l’opinion de l’équipe médicale de l’hôpital  Indira Gandhi, situé à Kaboul, capitale et cité la plus importante d’Afghanistan. dans le dit centre il meurt à cause de la faim autour de soixante dix enfants enfants par an.

Pour accueillir ces mineurs on a créé une aire spéciale de soin, l’Unité de Malnutrition, qui accueille les enfants qui arrivent de tout le pays. Les médecins et les spécialistes d’Idira Gandhi tentent de conseiller et d’aider les mères   de ceux qui sont affectés par lamalnutrition et d’autres graves problèmes pour qu’elles apprennent à collaborer et la méthode pour que leurs enfants arrivent au poids idéal dans le plus bref temps possible. Plusieurs d’elles voyagent avec toute leur famille jusqu’à cet hôpital jusqu’à ce que leurs enfants atteignent le poids marqué par les médecins. Dans le cas contraire, elles ne pourront pas abandonner le centre.

Autour d’une trentaine de mineurs avec problèmes de malnutrition  vivent ensemble dans Indira Ghandi, qui accueille un total 370 patients. En attendant cet hôpital fonctionne comme il peut, le gouvernement de l’Afghanistan a dépensé plus de trois cents millions d’euros pour les dernières élections passées. Nourolhaq Yusefhazi, docteur et directeur du centre, fait  remarquer une autre donnée qui attire attention. Ce sont les soldes élevées des soldats internationaux envoyés en afghanistan. « Avec ce que touche un seul d’entre eux, nous autres nous avons le budget d’un mois de fonctionnement » a-t-il déclaré.
Des centres comme celui-ci essaient de fonctionner en étant étrangers à toute la toile d’araignée bureaucratique extérieure. Nourolhaq Yusefhazi ajoute que le personnel qui travaille avec lui perçoit une solde de 10.000 afganis par mois ce qui équivaut à 140 euros. Le fonctionnement normal de son centre ne serait pas possible sans l’aide d’étudiants en formation et les volontaires qui collaborent à cette lutte quotidienne.

Une autre situation à laquelle ils doivent faire face se produit quand le propre Ministère afghan de Santé oblige à maintenir un nombre concret de lits libres dans ses installations pour les victimes de terrorisme dans la zone. Ainsi c’est ce qui est arrivé durant les élections passées, dans lesquelles  Hamed Karzai l’a emporté. 

 Des organisations comme Save the Children publient de nombreux rapports  la fin de l’année pour tenter de donner plus d’écho au problème de la malnutrition, qui affecte 178 millions d’enfants dans le monde. Avec l’Afghanistan, la moitié des enfants et des petites filles avec problèmes de malnutrition  se concentrent dans d’autres encore sept pays. C’est le Bangladesh, la République Démocratique du Congo, l’Éthiopie, l’Inde, le Kenya, le Soudan et le Vietnam. L’ONG remarque qu’ « avec seulement 167 euros on pourrait alimenter d’une manière parfaite un mineur pendant ses deux premières années de vie ». Cela inclut l’allaitement maternel et tout le nécessaire pour qu’un enfant croisse sain et fort. Pour cela la mère aura  aussi à être saine,  parce que beaucoup d’enfants souffrent de problèmes depuis leur naissance. De cette façon, on pourra « protéger leur cerveau et leur organisme de dommages permanents comme conséquence de la faim ».
 
La somme que dépensent les gouvernements des pays riches pour pallier la situation est « significativement inférieure  à celle qui serait  nécessaire. » La menace du développement des prix des aliments, du changement climatique et de la crise économique,  amèneront à élever ces chiffres. Ces morts  ne sont pas des faits aléatoires qui ne sont pas sous notre contrôle, c’est le résultat de décisions politiques prises pour des Gouvernements « , affirme le directeur de Save the Children, Albert Soteres. » Nous savons comment traiter la faim infantile et savons combien cela coûte « , conclut-il.

On peut le dire plus haut mais pas plus clairement. Le problème consiste en ce que ceux qui ont la solution dans leurs mains entendent, mais ils n’écoutent pas.
Alejandro Tejeda Rocha est journaliste. Son article a été publié avec l’accord du  Centro de Colaboraciones Solidarias (CCS).
Fuente: http://www.elcorresponsal.com/modules.php?name=News&file=article&sid=5629

Un commentaire

  1. Oui! Et…Aucun n’est Cubain ! Mais ça notre médiatique bien huilée ne sais pas, n’entend pas cela ne fait pas parie du vocabulaire de la démocratie à la mode du capitalisme. Et dire que d’aucun prétendent moraliser le capitalisme? Mais qui osa un jour parler d’un capitalisme à visage Humain? Un autre parle tout récemment de réglementer le capitalisme sinon il disparaîtra ! Oui, c’est bien sa finalité ! Les tenants du capitalisme dans leur dogme du fric et parce que tu en as tu as le pouvoir, sont bien incapables de répondre à résoudre les problèmes Humains : C’est trop cher et ne fait pas partie de leur dogmatique !!!


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s