Réduction des inégalités en Chine selon OCDE et contestation de savants chinois

L’Organisation de Coopération et de Développement économique (OCDE) vient de publier le 2 février un rapport dans lequel il est indiqué que l’écart entre riches et pauvres en Chine « n’est pas aussi grave qu’on le croyait », qu’ « il a diminué petit à petit » ces dernières années et que tout cela est dû aux dépenses publiques affectées par le gouvernement aux zones rurales et au déplacement des paysans vers les régions urbaines. Les inégalités entre les diverses couches sociales en Chine font l’objet depuis longtemps d’accusations et de condamnations de l’opinion publique chinoise et elles constituent le nœud de débats du monde extérieur qui les utilisent pour railler et ridiculiser le modèle chinois du développement. Ledit rapport présenté par l’OCDE est le premier de son genre qui insiste sur « la diminution des disparités entre les riches et les pauvres en Chine », alors que cette conclusion qui étonne et surprend quelque peu les gens a tout de suite suscité un débat animé entre spécialistes et savants chinois.

OCDE : les inégalités en Chine sont en cours de réduction.

« The Wall Street Journal » a fait paraître cette nouvelle le 3 courant, c’est-à-dire le lendemain même, en même temps dans sa publication quotidienne et sur son site internet. Il est dit dans son reportage que la croissance économique extrêmement rapide de la Chine au cours des trois décennies passées a permis à des centaines de millions de ses habitants de se débarrasser de la pauvreté et de la misère, mais qu’en même temps, le revenu des couches favorisées à salaire et à rémunération élevés a augmenté encore plus vite de façon disproportionnée. Ainsi, la tension entre les promoteurs immobiliers et les cultivateurs qui ont perdu leurs terres et entre les patrons d’entreprises et les travailleurs migrants d’origine paysanne devient souvent le brandon de discorde qui déclenche des conflits sociaux. Cet état de chose oblige le gouvernement chinois à prendre des mesures en vue de réduire les inégalités sociales et en premier lieu l’écart de revenu.

Il est indiqué dans le reportage que les mesures prises par le gouvernement chinois en vue de réduire les inégalités entre riches et pauvres qui constituent un « très grave problème social » commencent à porter fruit et à obtenir de bons résultats. D’après des données statistiques établies par l’Académie des Sciences sociales de Chine, le coefficient de Gini (une mesure du degré d’inégalité de la distribution des revenus dans une société donnée, développée par le statisticien italien Corrado Gini) a été de 49,6 en 2005. Mais, cette fois-ci l’OCDE a utilisé une méthode statistique qui peut mieux refléter les changements des prix et la situation des travailleurs migrants d’origine paysanne non inscrits en ville et a obtenu avec cela le chiffre 41 pour le coefficient de Gini en 2005 en Chine, lequel a baissé légèrement à 40,8 pour l’année 2007(1). Les tableaux graphiques qui accompagnent le rapport montrent que les inégalités sociales en Chine sont effectivement plus graves par rapport aux Etats-Unis et aux autres pays développés, mais qu’elles sont moins importantes comparés à d’autres économies émergentes, dont la Turquie, la Mexique, la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud.

Toujours selon le rapport, le revenu moyen par tête d’habitant de la population urbaine en Chine a été de 2.500 dollars US l’année dernière, soit plus que le triple du revenu des habitants campagnards. Mais compte tenu des facteurs dont le déplacement des paysans pour aller travailler en ville et les prix dans les régions rurales, la proportion du revenu des habitants urbains et de celui des habitants ruraux est de 2 à 1. Richard Herd, économiste de niveau supérieur à l’OCDE a appelé la Chine à parfaire et à appliquer plus en profondeur son système d’enseignement obligatoire de douze ans dans les régions rurales et à réformer son système d’administration de l’état civil. L’OCDE s’est dit persuadée que « grâce à son bas niveau d’endettement, le gouvernement chinois sera capable d’investir longtemps dans le domaine du bien-être social. »
Débats engagés par des spécialistes et des savants autour du rapport de l’OCDE.

Le rapport de l’OCDE a donné lieu à des contestations de la part de certains savants chinois. Li Xiao, vice-recteur de l’Institut des Sciences économiques de l’Université de Jilin, a déclaré que pour un quelconque pays, si son coefficient de Gini est supérieur à 35, cela signifie alors qu’il existe un grave degré d’inégalité au sein de sa société et une différence de seulement de 0,2 ne signifie aucunement une diminution de l’écart entre riches et pauvres en Chine. La méthode statistique et les sources différentes d’où proviennent les données peuvent causer ce genre de différence. Quant à Yuan Dejun, économiste à China Galaxy Securities Co. Ltd., il pense que la Chine pourrait être aux « quinze premiers rangs de monde » quant à ses inégalités sociales. Et d’ajouter : « On peut ressentir dans la vie quotidienne que les disparités entre riches et pauvres s’aggravent de plus en plus dans notre pays et il serait possible qu’elles aient atteint le point culminant de ces plusieurs dernières dizaines d’années. La conclusion de l’OCDE ne s’accorde pas à la réalité du pays et à nos expériences vécues. ». Il a fait remarquer qu’en Chine, certains gens disposent de nombreuses rémunérations occultes, tandis que d’autres n’en ont aucune. « Mon frère, qui est un paysan, possède un revenu annuel net de trois mille yuans renminbi seulement et il faut que lui et sa famille vivent avec cela. », a-t-il dit.

Mais d’autres spécialistes croient que « la réduction des inégalités sociales existe peut-être en Chine ». Gao Huiqing, Directeur de la Section de la Stratégie du Développement du Département des Prévisions économiques du Centre informatique d’Etat, a indiqué que les riches en Chine accumulent sans cesse de la fortune, ce qui donne l’impression qu’un écart de plus en plus grand se creuse entre les riches et les pauvres du pays. Quant au coefficient de Gini, il envisage non seulement la fortune et les biens accumulés des richards. Vu que le chiffre de base de la propriété des pauvres est petit et faible, il serait possible même que le rythme de croissance du revenu des pauvres dépasse celui des riches. Il a poursuivi en disant que ces dernières années, l’Etat a accentué son degré d’aide et de subvention à la population pauvre et miséreuse du pays. Par exemple le plancher du salaire minimum et la garantie du revenu minimal sont en constante augmentation. En dehors de cela, il y a toutes sortes de subvention à l’endroit des paysans et le nombre de cette partie favorisée de la population est assez grand et énorme.

Wu Yaowu, chercheur à l’Institut d’études sur la population et sur l’économie du travail de l’Académie des Sciences sociales de Chine, a déclaré de son côté : « J’adhère à un certain degré à la conclusion de l’OCDE et je pense que des organisations internationales et même des savants chinois ont surestimé autrefois le niveau de disparité de revenu en Chine, car en calculant l’écart de revenu ils négligent ou oublient souvent le revenu des travailleurs d’origine paysanne qui se sont déplacés dans les villes pour y travailler, alors que pour cette catégorie de gens, elle est à un niveau intermédiaire entre la population urbaine et la population rurale et elle peut être utilisée pour équilibrer l’écart et la disparité. ». Il a continué en disant que le développement économique de la Chine au cours de la décennie écoulée a fait que le PIB par habitant de 7.858 yuans a augmenté à 22.698 yuans, soit une croissance multipliée par deux. « Aucune partie de la population du pays a été exclue de la jouissance du succès du développement économique. », a-t-il insisté.

Quant à Zhou Shijian, chercheur supérieur à L’Université Qinghua, il a dit que les améliorations dans les régions rurales chinoises sont certaines et que la raison pour laquelle une partie de la population chinoise pense que l’écart se creuse toujours entre les riches et les pauvres du pays est due à ce que l’argent et les fonds utilisés par le gouvernement en vue d’aider et de soutenir les régions rurales ne proviennent peut-être pas des couches les plus riches et les plus nanties, mais des travailleurs salariés qui portent de lourds fardeaux dans la vie ainsi que de la classe moyenne, car le seuil d’imposition individuelle en Chine est relativement bas alors que la plupart des richards n’ont pas assumé leurs obligations. Il a poursuivi en indiquant que la politique du bien-être du peuple appliquée par le gouvernement chinois commence par couvrir les gens les plus « pauvres » et les plus « démunis » et n’a pas bénéficié les gens un peu « moins pauvres » et un peu « moins miséreux », ce qui montre que la Chine a encore un long chemin à parcourir pour pouvoir réduire effectivement les inégalités sociales, et surtout l’écart entre riches et pauvres. Il a dit que bien que comparée aux autres pays en voie de développement, la Chine a réalisé de sensibles progrès en matière de niveau de vie de sa population et que les inégalités qui y existent ne sont pas les plus graves et les plus importantes, mais compte tenu qu’elle est un pays socialiste, elle doit montrer et traduire une plus grande équité et égalité sociales. C’est pourquoi la réforme plus en profondeur du système de distribution est indispensable et inévitable en Chine et revêt une nécessité absolue.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne
 09.02.2010

(1) * L’indice de Gini compare l’état de la répartition des revenus à une situation théorique d’égalité parfaite. Plus il est proche de zéro, plus on s’approche de l’égalité (tous les individus ont le même revenu). Plus il est proche de un, plus on est proche de l’inégalité totale (un seul individu reçoit tous les revenus). note de danielle bleitrach

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s