Crise mondiale: les 25 responsables débusqués par The Guardian

MOSCOU, 26 janvier – selon RIA Novosti. Le quotidien britannique The Guardian a publié lundi une liste comprenant 25 responsables de l’actuelle crise financière mondiale. Il me semble que cette liste qui n’est sans doute pas exhaustive mériterait d’être mieux connue du grand public, donc s’il se trouve parmi les angliscistes de notre blog, ou d’un autre des gens azptes à traduire cet article de The Guardian, qu’ils le fassent, cela évitera peut-être à nos journalistes français de tenter de faire porter le poids de la crise sur les « grévistes ». Si personnellement je ne crois pas beaucoup aux responsabilités individuelles, il me paraît important de comprendre les mécanismes que désignent de telles personnalisations. Et puis puisque l’impérialisme adore jouer au far west en faisant des listes « wanted for murder », leur rendre la pareille est de bonne guerre. Même si nous devons être plus « intelligents » que ce genre de chasseurs de primes et analyser les mécanismes, parce que les individus disparaissent et le système demeure. En outre avec ce particularisme anglo-saxon qui ne le cède en rien au français, l’article oublie les responsables d’autres nations. Pourtant le capitalisme français qui a adopté avec enthousiasme une modification de ses investissements, en particulier au moment des nationalisations (trés onéreuses pour le contribuable) et qui  est passé du capitalisme industriel au capitalisme financier(1) a totalement participé au système, donc faisons notre propre liste.

Selon l’auteur de l’article Mme Julia Finch, l’actuelle crise financière n’est pas un désastre naturel, mais une catastrophe provoquée par les hommes. « Et nous en sommes tous responsables d’une façon ou d’une autre », estime la journaliste.

L’ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Alan Greenspan, figure en tête de cette liste des « responsables » qui ont permis à la bulle hypothécaire de gonfler suite au bas taux d’intérêt et à une régulation insuffisante du système des prêts que les banques octroyaient à des emprunteurs à des fins d’hypothèque.

Par ailleurs, Mme Finch cite une série d’hommes politiques qui assument, selon elle, la responsabilité de la crise. On y trouve notamment l’ancien président américain Bill Clinton dont l’administration a adopté plusieurs lois permettant aux couches les plus démunies de la population d’obtenir des autorisations pour recevoir des prêts bancaires afin d’acheter des logements; George W. Bush qui, au lieu de bloquer ce processus, l’a relancé de plus belle; le premier ministre britannique Gordon Brown, qui a « mis les intérêts des financiers au-dessus de ceux des représentants de l’autre volet de l’économie, notamment des producteurs ».

La liste des responsables de la crise comporte aussi d’anciens et actuels PDG des plus grands établissements financiers des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, tels que la compagnie d’assurance American International Group Inc., les banques Goldman Sachs, Lehman Brothers, Merrill Lynch, Halifax Bank of Scotland, Royal Bank of Scotland, Bradford & Bingley, Northern Rock, Bear Stearns, Bank of England et autres.

Le journal accuse, en outre, des personnalités, telles que le financier George Soros, le milliardaire Warren Buffet et le président d’un fonds d’investissement US John Paulson « d’avoir vu arriver la crise ».

 

Note de danielle Bleitrach, les crises qui aujourd’hui déchirent les descendants de la famille de Wendell parmi lequels il y a le baron Sellières, ne sont pas étrangères à ce phénomène, ou comment quand la gauche mitterrandienne a racheté pour mieux la liquider le potentiel des maîtres des forges, ces derniers  ont constitué un groupe financier et comment ils se sont mutuellement plumés.

Publicité

18 commentaires

  1. Accuser ce pause Gordon Brown qui tente d’éteindre l’incendie comme il peut et ne pas citer Tony Blair, c’est vraiment de la mauvaise foi ou je ne m’y connais pas…

  2. Je salue d’abord Danielle Bleitrach que j’ai bien connue à Aix-en-Provence au début des années 60…

    Il est temps en effet de « changer de société », de substituer au capitalisme à crises et guerres périodiques un autre système, fondé sur un développement harmonieux , respectueux de la planète, soucieux de satisfaire les besoins des hommes tout en mettant fin à leur exploitation… Ce nouveau système s’appelle « S O C I A L I S M E » … Et seuls ses partisans devraient avoir le droit de s’appeler « socialistes » !

    • bonjour Georges je me souviens de toi, et je suis contente de voir que ni toi ni moi n’avons changé… Enfin disons sur le plan des idées… parce que nous fûmes si je m’en souviens jeunes et beaux en ce temps là…
      Jeanne, sur ce site aussi nous tentons de rassembler des éléments sur le retour de la question sociale dans le monde… Aujourd’hui par exemple il y a un article sur la grève des cheminots en Egypte. C’est fou comme cela intéresse peu nos médias de savoir ce qui se passe réellement, il est vrai que leur ignorance a parfois de proportions abyssales. voici un débat médiatique qui témoigne de la sottise et de l’incurie de ceux que l’on paye pour occuper les plateaux de télé, alors écoutez ces commentaires sur le CHe, le Che torturant en Angola, il fallait oser dire de telles stupidités…

      Danielle bleitrach

  3. A propos de la crise, le site http://www.mediapart.fr/ a constitué tout un dossier et aujourd’hui, il y a un édito sur le retour de la question sociale.

  4. Pas du tout d’accord avec le Guardian, pour une fois !
    Si les Greenspan et autres Freidman, Goldman Sachs sont de véritables criminels (le crime économique devrait exister en démocratie… libérale), le problème c’est que des dizaines de milliers de gens -tout autour de la planète) sont responsables à 100% également, par leur complicité active ou passive :
    – Les hommes politiques nationaux (et régionaux, dans une moindre mesure, lorsqu’ils jouaient avec les produits hautement spéculatifs);
    – Les responsables économiques : économistes, directeurs financiers, journalistes « spécialites », toutes les instances et observateurs divers : de Bercy au Conseil Economique et Social en passant toutes les institutions et écoles ou agences, laboratoires… de surveillance…
    – Tous les PDG des grosses boîtes, leur direction financière, les conseils d’administration et de surveillance (dans lesquels siègent de nombreux politiciens qui touchent des jetons de présence…)…

    Au total, des dizaines de milliers de coupables, au mieux d’irresponsables-incompétents, dans chaque pays.

    Vouloir limiter les responsables à quelques noms signifient en clair qu’on (les autres responsables) ne veut pas remettre en cause le système mais juste l’encadrer (faussement et hypocritement) pour calmer le Peuple.
    Il n’est que de regarder encore la focalisation sur Madoff -qui n’a pu agir depuis près de 20 ans qu’avec la complicité active (= intéressée !) de nombres d’agents- pour détourner de leur responsabilité de nombreux coupables !!!
    Les seules victimes sont les touts petits épargnants trompés par leur agent bancaire ou d’assurance !!!

    C’est donc bien tout le système élitaire, privilégié, qui est responsable et à jeter.
    Mais comme ce sont qui ont le pouvoir…
    Il n’y a plus qu’à espérer une crise eschatologique pour pouvoir remettre les compteurs à zéro. Sinon, les responsables resteront en place et rien ne changera au fond.

    P.S. :
    La famille Wendel : je crois me souvenir Danièle que c’est le « meilleur économiste de France », un certain R. Barre, qui avait nationalisé l’entreprise de Sellières pour lui éviter la faillite, et que c’est avec l’argent du Peuple que cette famille est partie spéculer dans la finance qui se libéralisait à grands pas et qui voyait l’invention accélérée des premiers produits dérivés abjectes…

  5. je crois aux responsabiltés indivduelles
    quand des ordures s’associent ca reste des ordures
    ce gens se sont organisés pour ca!!!!!

    • Bien sûr qu’il faut juger les individus mais savoir également que tant que l’on ne s’attaque pas aux structures ils repoussent comme des champignons sou l’ondée…
      Réponse à RL , en ce qui concerne les Wendel, voic ce qu’en dit wikepedia

      Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la famille de Wendel contribue à la reconstitution d’un pôle sidérurgique français important (fusion d’entreprises pour former Sollac puis Sacilor). François de Wendel est ainsi épaulé par ses deux frères : Maurice et Humbert. C’est d’ailleurs ce dernier qui sera à l’origine de la création de Sollac. La mort des trois frères dans une période de treize années (François en 1949, Humbert en 1954 et Maurice en 1962) annonce la fin des grands maîtres des forges, dont le dernier sera Henri de Wendel, mort en 1982. Fragilisée par un strict contrôle des prix et par une croissance accélérée des capacités de production destinée à répondre aux exigences du Plan (usine de Fos-sur-Mer)édicté par l’Etat, la société Wendel et Cie, devenue Wendel-Sidelor puis Sacilor, passe en 1978 sous la coupe des banques d’État, avant d’être formellement nationalisée en 1981 pour se fondre dans Usinor-Sacilor puis Arcelor.
      Donc la date est bien 1981… Remarquez suivre le fric de ces gens là à cette époque c’est pas teriste, certains avaient peur des rouges, ils ont filé leur fric hors frontière à des financiers véreux et ça a donné lieu quelquefois à de véritables arnaques, sans parler de la nouvelle génération, de milliardaires qui apparaisszait dans le sillage… (noteDB)

      Sous l’égide d’Ernest-Antoine Seillière, la maison de Wendel est depuis lors devenue une société d’investissement. Wendel Investissement a ainsi acheté au groupe Lagardère Editis (n° 2 français de l’édition) et détient des participations dans le fabricant de matériel électrique Legrand et la société internationale de certification Bureau Veritas. La société a revendu en mai 2008 la société Editis au groupe espagnol Planeta. Un an auparavant, elle avait acquis une minorité de contrôle (21,5 %) auprès de Saint Gobain.

      En fait ce truc là est devenu purement et simplement financier l’action wendel investissement a perdu 71% de sa valeur et à ce que l’on dit elle fait partie des actions aussi pourries qu’une vulgaire subprime étasunien . Comme quioi y a pas que les pauvres et c’est d’ailleurs ce qu’on nous dit pas, il y en a que contre ces salauds de pauvres surendettés, mais quand on s’amuse à jouer avec les filières productrices (dans ce cas là c’est saint Gobain,), en exigeant des profits pyramidaux coule tout, même les actions des richissimes… Je vous jure il y a de quoi faire un film. (note de danielle bleitrach)

  6. Tiens, moi aussi j’ai connu Danielle Bleitrach à Aix, où j’étais étudiant en Lettres de 64 à 69 (et communiste).
    Des beaux souvenirs mais un peu flous…C’est sympa de voir qu’on remue encore !

  7. Le Guardian n’a pas toujours raison, par exemple il soutenait le bombardement de la Serbie par les forces de l’OTAN en 1999…
    Aussi Dresser une liste de responsables dédouane le système, surtout lorsque la liste est aussi incomplète que celle-ci.

    D’autre part, Non, nous ne sommes pas tous responsables comme c’est écrit, alors que par contre il n’est pas fait mention de l’ensemble des actionnaires, petits ou gros qui cherchent à s’enrichir en dormant et qui au mieux font mine de ne pas comprendre qu’ils sont responsables de la misère du monde, mais qui de toutes les façons sont complices d’un système d’exploitation reposant sur la recherche du profit!
    Comme il est dit plus haut dans les commentaires, les responsabilités sont plus vastes et plus larges que la simple énumération de quelques noms, ces brebis galeuses, qu’il suffit donc de neutaliser pour que tout rentre dans l’ordre.
    Ces personnes peuvent à juste titre, et au sens premier de la formule, se présenter comme des « boucs-émissaires ».
    Cette liste n’est pas bien différente, en fin de compte, du discours de Nicolas Sarkozy lorsqu’il dit qu’il faut punir les responsables.
    Il faudrait alors logiquement qu’il commence par lui même….!

  8. A Danièle,
    Je ne cherche pas à épargner l’ère (de grande traitrise) mitterrandienne -encore bien plus grave-, mais voici ce qu’écrivent Les Échos » sur l’affaire Barre-Sacilor et signé par un historien de l’entreprise :

    Mais ce sont là les derniers feux. Chocs pétroliers, crise économique, baisse drastique des commandes, rétrécissement de tous ses marchés, endettement colossal. Pour éviter l’effondrement d’un secteur qui emploie alors 140.000 personnes, le gouvernement Barre se résigne à une nationalisation rampante. La fin d’une belle histoire. Et le début d’un sérieux casse-tête pour l’Etat, qui allait consacrer plus de dix ans et plus de 200 milliards de francs à remettre la filière sur les rails…

    http://archives.lesechos.fr/archives/2000/LesEchos/18213-122-ECH.htm
    J’adore aller chercher les arguments chez l’adversaire 😉

    Dommage d’ailleurs que la chronique de l’historien s’arrête trop tôt pour parler du putch financier qu’il a monté dans le groupe Wendel -pour s’enrichir encore plus- à l’aide (notamment) de la femme de l’ex-ministre du Travail UMP parti représenté une marque de luxe aux USA et qui était à la communication du MEDEF et qu’il embarqua avec lui lors de son départ pour la direction du patronat européen…

  9. je connais assez bien la question de la sidérurgie à cette époque puisque j’ai travaillé sur l’aménagement du golfe de Fos. J’ai d’ailleurs écrit avec Alain Chenu un livre intitulé l’usine et la vie (Maspéro) qui analyse entre autres l’usine SOLMER, c’est le nom de l’époque. C’est en fait un tout autre système qui se met en place axé non plus sur les bassins d’extraction français ou allemand mais la livraison par mer, une nouvelle chaîne de transport production et cela nécessite d’énormes investissements. Le grand intervenant est non seulement l’Etat mais la banque de Paris et des pays bas, c’est un projet gaullien mais qui sous l’ère de Giscard va rentrer dans une autre logique à la fois plus financière, moins contrôlé, planifié, et de surcroît les Wendel sont plus ou moins concurrents des Schneider auquel appartient la famille de Giscard (enfin son épouse). Le stade ultime de la antionaliosation, de la restructuration, du licenciement massif aussi c’est Mitterrand.

    Bref tous les rois de la mine et du rail sont entrés dans la haute finance et les pratiques que l’on connait. Notez que l’on retrouve la banque de Paris et des pays bas au début du krakh iùmmobilier aux Etats-Unis.

    Danielle bleitrach

  10. et Milton Friedman dont les theories sur l’autorégulation des marchés ont inspiré Ronald Reagan, margaret thathcher sans parler chez nous Alain Minc (la mondialisation heureuse).
    Il est d’ailleurs incroyable que des gens issus d’un milieu juif (Milton Friedman, Alain Minc) publient de telles conneries depuis Moise on sait que les dix commandements sont insuffisants alors les hebreux ont crée la thora (la loi) croire que les marchés s’autorégulent automatiquement et négliger le facteur humain (l’avidité des intervenants) est une grosse connerie.

  11. Une correction, car mauvaise interprétation de l’article originel.
    EN PLUS des 25 accusés le journal dresse une liste de six personnalités “d’avoir vu arriver la crise” et de nous avoir prévenu.
    Il s’agit donc d’un bravo et non d’une accusation pour le financier George Soros, le milliardaire Warren Buffet et le président d’un fonds d’investissement US John Paulson.

  12. l’idée que les juifs seraient en première ligne est une stupidité, on en trouve chez les disciples de friedman mais tout autant chez les keynesiens et encore plus chez les marxistes.Même Frideman est le disciple de Von hayeck ou de Walras. Ce n’est que le petit, personnel des véritables décideurs. Le grand capital que ce soit aux Etats-Unis (Rockeffeler, Henry Ford, Kennedy et même la famille bush) non seulement ne sont pas juifs mais souvent trés antisémites compme en France. Si on prend les Wendel, c’est une véritable tribu ou l’on trouve moult familles nobles trés anciennes comme les Polignac mais aucun juifs. Donc c’est un fantasme digne de drummond et mêler la thora à cette affaire révèloe simplement le stéréotype. Par contre, il est vrai que toute la théorie de Soros consiste à dire qu’il faut prendre en compte l’irrationnel humain… et pas se laisser avoir par les pseudos modèles mathématiques.
    danielle bleitrach

  13. Vous n allez tout de meme pas pleurer sur le sort du Baron D’Ognon ?

    Combien de morts a leurs actif ?

    A la Lanterne

  14. La véritable et seule responsable de toute cette gabegie n’est autre que la CUPIDITÉ élevée au rang de vertu par quelques intellectuels pervers, les Hayek et sa clique et Friedmann et Cie. Théoriser doctement pour justifier cette pulsion mortifère de l’homme ne pouvait que conduire à la catastrophe financière, économique, écologique, mais surtout humaine.
    La cupidité « assumée sans complexe » a envahi tout la champ social, depuis « l’élite mondiale auto proclamée », les financiers « créatifs », les politiques complices, jusqu’au misérable retraité qui a cru aux sirènes des fonds de pensions, en passant par tout un chacun alléché par les promesses de « rendement magique » proposées par son banquier.
    Alors montrer à la vindicte populaire quelques boucs émissaires sacrificiels, même s’ils ont quelque responsabilité particulière dans cette affaire, c’est tenter de sauver les meubles parce que ça évite de mettre en cause et en question le système foireux qui a rendu tout ça possible.
    C’est une crise « systémique » il faut donc CHANGER de SYSTÈME, c’est le moment !
    Des pistes existent (monnaie fondante, etc…), pour rendre l’accumulation compulsive et maladive de richesse sinon impossible, du moins difficile.
    Il faut arrêter le pillage des ressources naturelles de la planète qui sont le véritable patrimoine de l’humanité bien plus encore que les quelques pauvres reliques classifiées par l’UNESCO.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s