COMMUNIQUE DE PRESSE

AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
FEDERATION INTERNATIONALE DES LIGUES DES DROITS DE L’HOMME
LIGUES DES DROITS DE L’HOMME
PLATEFORME DES ONG FRANÇAISES POUR LA PALESTINE

Crise à Gaza : la France doit demander une commission internationale d’enquête indépendante sur les violations des droits humains

 

Paris, 20 janvier 2009 – Choquées par l’absence de réaction adéquate au piétinement des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire dans le contexte du conflit entre Israël et le Hamas, les organisations Amnesty International France, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme et son affiliée française, la Ligue des Droits de l’Homme, appellent la France à demander la mise en place d’une commission internationale d’enquête indépendante sur les graves violations de ces droits dans le cadre de cette crise.

 

Les violations graves des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire dans le contexte de la crise actuelle à Gaza, dont la communauté internationale a été témoin depuis trois semaines, pourraient constituer des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité.

 

Le 9 janvier dernier, le Conseil des droits de l’Homme a mandaté une commission internationale d’enquête, mais les Européens – dont la France – se sont abstenus de voter la résolution proposée, que le Canada a rejetée. Il est donc essentiel que le Conseil de sécurité agisse dès maintenant en faveur des victimes du conflit et fasse jouer son autorité morale ainsi que sa dimension incriminante.

 

Partie à la IVe Convention de Genève, la France a l’obligation juridique de s’assurer que toute violation grave du droit international humanitaire est dûment documentée et ses auteurs poursuivis.

 

Membre permanent du Conseil de sécurité, dont elle assume en ce mois de janvier la Présidence, la France a également l’influence internationale nécessaire pour s’assurer que les demandes d’enquête se traduisent en actions concrètes – comme l’ont notamment demandé le Secrétaire général des Nations unies, suite aux bombardements des bâtiments des Nations unies, mais également des organisations israéliennes et palestiniennes de défense des droits humains.

 

La France, par l’intermédiaire de son ambassadeur au Conseil de sécurité, rappelait cette semaine encore son attachement à la « responsabilité de protéger » les populations civiles, ainsi qu’à la lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves.

 

Face à l’horreur et l’inhumanité des attaques commises sous nos yeux, au delà des déclarations, elle doit faire en sorte que le Conseil de sécurité agisse immédiatement sur le retour de l’Etat de droit.

 

Publicité

4 commentaires

  1. Il faut appuyer cette démarche par millions de citoyens à travers le monde ! Halte aux crimes sionistes ! Halte à l’impunition du fascisme d’ISRAËL !

    Je signe : P. CAUMONT 65420 IBOS

  2. On peut comparer le dechainement des medias et des « defenseurs professionels des droits de l’homme » par rapport au Tibet et leur silence complice devant les crimes colonialistes israeliens.

  3. L’histoire retiendra que c’était alors que Mr Bernard Kouchner, un « humanitaire » professionnel, l’un des concepteurs du principe « d’ingérence », présidait le Conseil de Sécurité de L’ONU en tant que chef de la diplomatie française, que des crimes contre l’humanité ont été commis au nom de la démocratie sans que l’écrasante majorité des dirigeants du monde ne s’y oppose.
    C’est plus qu’un symbole, c’est un basculement.
    C’est donc bien au nom des « Droits de l’homme », que l’Occident va défendre ses intérêts en s’autorisant tous les excés puisqu’il s’agit d’une lutte contre la barbarie, où le « bien » ne doit surtout pas se laisser abuser par les pièges que lui adresse le « mal ».
    Les enfants assassinés de Gaza annoncent les enfants assassinés partout ailleurs dans cette lutte sans règles morales :la fin justifiant les moyens!
    les intellectuels, et les médias semblent majoritairement acquis, l’opinion publique est préparé.

    Ce XXI° siècle s’annonce comme franchement préoccupant.

  4. Je suis surpris de trouver dans ce communiqué l’expression suivante : « le contexte du conflit entre Israël et le Hamas »
    Je croyais avoir compris que c’est contre le peuple Palestinien que la guerre a été menée, le Hamas n’étant qu’un prétexte pour tenter de mobiliser l’opinion en faveur d’Israël…


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s