Des médecins évoquent l’usage « d’un nouveau type d’arme » à Gaza, envoyé par Jack Jedwab

LE MONDE | 12.01.09 | 08h50  •  Mis à jour le 12.01.09 | 08h50

 Il faut continuer à témoigner, il faut diffuser cette information, interpeller les organisations syndicales, la CGT en particulier, mais aussi le PS, tous les partis, aller en délégation avec ce type d’informations et réclamer l’ouverture d’une enquête internationale. Je veux dire à tous mes amis juifs y compris communistes qui m’ont fait part de leur inquiétude ces derniers temps face à la montée de la judéophobie, loa seule manière de lutter contre cette judéophobie c’est que vous vous engagiez pleinement et que vous dénonciez les sionistes qui ne cessent de parler et d’agir en votre nom, rejoignez les rangs de l’UJFP, ce sont des héros, ils défilent parfois pour certains la peur au ventre mais pour défendre non seulement les palestiniens mais aussi vous et vos enfants… Je sais que la plupart d’entre vous ne se sentent plus juifs, moi non plus pendant des années, mais vous savez bien qu’il n’en est rien alors soyons comme tous les peuples, aujourd’hui il y a des fascistes juifs, doivent se lever de partout les antifascistes juifs pour dire « plus jamais ça et pas en notre nom »… Je deemande aux autres au moins sur ce blog qu’il ne laissent jamais la moindre confusion surgir pour nous aider à rassembler contre l’horreur. voici ce que dit jack sur les dernières nouvelles:

D’après le PCHR ( palestinian center for human rights ), dans son bilan hebdomadaire des évènements en cours;
– l’armée israélienne utilise des armes qui « sont comme des objets enflammés et se dispersent dans l’air comme des bombes à fragmentation en dégageant un nuage blanc toxic , cf le texte du monde )
– l’armée enferme des gens dans leurs maisons et s’en sert comme bouclier humain dans son avancée dans gaza

 Al-Arish (Egypte), envoyée spéciale

 

Des blessés d’un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l’hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

 

Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d’années avec l’organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l’Egypte. Non sans ultimes obstacles : « Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d’arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper », ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l’ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit « pour des raisons bureaucratiques » à l’intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d’une des bombes lâchées à proximité.

« A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES »

« A l’hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n’avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d’armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l’acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive« , ont déclaré les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d’explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. « A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d’aiguilles. Nous n’avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d’amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l’opération israélienne Pluie d’été . Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes », ont-ils expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : « Ils n’ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire. » Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l’hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli « des dizaines » de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu’ils ont vu, en l’absence à Gaza de tout autre représentant du « monde occidental » – médecin ou journaliste : « Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu’au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu’on veut en les appelant terroristes ? »

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l’hôpital Al-Chifa qu’ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l’équipement « au bout du rouleau », un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu’ils avaient préparé est resté bloqué au passage d’Erez.

« Quand cinquante blessés arrivent d’un coup aux urgences, le meilleur hôpital d’Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l’hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s’était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes. »

A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. « Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi… »

 

Sophie Shihab

Publicités

5 commentaires

  1. Je voudrais qu’on ne confonde pas entre juifs et sionistes.Je voudrais crier haut et fort qu’il y a des israeliens qui condamnent ce génocide et qui aspirent à la paix.Cependant je suis resté pantois en voyant à la télévision des manifestations proisrael.Comment peut on soutenir une telle barbarie?Comment peut on défendre de tel sanguinaires?comment peut on faire l’amalgame entre hamas et une armée suréquipée(5ème au monde).comment peut on avoir le culot de hisser le drapeau d’israel en ces moments?
    La complicité d’un crime doit être juger et j’ai bien peur que les sionistes déclancheront une vague de judéphobie.Il faut que des intellectuels avides de paix et ayant de l’humanisme se manifestent pour contrecarrer les prosionistes.
    C’est urgent.

  2. Bien sur qu’il ne faut pas confondre juifs et sionistes,mais les BHL,Finkelkrault ,font tout pour que ce soit le cas,de méme que les médias qui ne montrent pas les manifestations des pacifistes israéliens vont dans le méme sens.
    Normalement en France où l’on n’est pas sur le « Front » les voix des juifs et des maghrébins devraient se conjuguer pour arréter la boucherie mais qui peut entendre la voix de la raison?
    Et ce sont les enfants ,et les civils palestiniens qui paient pour la mauvaise conscience de l’Europe.Mais tout finit par se savoir.

  3. Oui maisz c’est trés dur parce que les médias nous condamnent au silence, regardez ici même l’UJFP a souvent la parole mais quand les entendez vous dans les médias… Alors imaginez notre souffrance à nous intellectuels juifs qui sommes réduits au silence et qui portons le poids d’une telle infamie.
    Dan,ielle bleitrach

  4. Azul chere Danielle ( azul le hello amazigh)

    c’est je dois d’abord m’excuser sur mon niveaux d expretions et des fautes d orthogrpahe par rapport à la langue de moliére que je n’est jamais eu dans ma vie scolaire .. donc sorry en avance !
    je suis parmis les lecteurs fidéle de ton blog bien que je suis ni communiste ni un francophone .. mais peut être l’âme révolutionaire latino sincere qui degage tes écris qui m’attire vers tes ecrits .. je me sens dans ton blog comme si j étais dans la fameuse Casa de La trova a havana ou dans la buena vista sociale club house ..

    retour au sujet:

    je pense sincerment chere danielle que cette invasion ( je veux pas dire guerre pour des raisons déja connue) et ce massacre declarer au palistinian gazaouite ..va prendre une dimention tragique mega ou voir meme tetra dangreux ! je m’explique ces armes utilisé d apres la discrpition de sympthome des médicins norvégiens sur place mais aussi des médicins palistinien prouve que effectivement il s’agit des noveaux armes ..

    mais la question interssante ici : quelle type d’arme ? ,

    certains parlent des armes type: « Dense Inert Metal Explosives (DIME) »,

    mais que on sait t’on de ces armes exactement ? dans la litterture on trouve pas grande chose dans les détails sauf des choses jugé superficielles qui ne vont pas dans les détails qui sont ici très important :

    je cite qq effets:


    « Toxic/Carcinogenic Effects: The carcinogenic effects of heavy metal tungsten alloys (HMTA) have been studied by the U.S. Armed Forces since at least 2000 (along with depleted uranium (DU)). These alloys were found to cause neoplastic transformations of human osteoblast cells.A more recent U.S. Department of Health study in 2005 found that HMTA shrapnel rapidly induces rhabdomyosarcoma cancers in rats.
    The tungsten alloy carcinogenicity may be most closely related to the nickel content of the alloys used in weapons to date. However, pure tungsten and tungsten trioxide are also suspected of causing cancer and other toxic properties, and have been shown to have such effects in animal studies »

    une equipe scientifique a deja fait une partie de tarvaile et le resultat je cite :

    les études scienetifiques ont trouvé que HMTA est chimiquement toxique, endomage les system immune, et c’est une cause rapide pour le cancer et attaque l’ADN (genotoxic)

    ___ text originale :

    DIME bombs produce an unusually powerful blast within a relatively small area, spraying a superheated “micro-shrapnel” of powdered Heavy Metal Tungsten Alloy (HMTA). Scientific studies have found that HMTA is chemically toxic, damages the immune system, rapidly causes cancer, and attacks DNA (genotoxic). »

    lire plus sur : http://www.godlikeproductions.com/forum1/message697865/pg1
    ___

    ce qui frappant ici c’est la dernier phrase :les missiles DIME sont genotoxique c’est dire ils attaque ADN .. donc ils devrais avoir des substances ou particules avec une dimention extrement petit(encore plus petit que une molecule ) qu’ont la capacité d’inflitrer
    ADN et voir meme le sang humain ..

    je suis choqué !!! car Gaza est devenu un labratoir de testing pour les noveaux armes jusqu’a mnt innconue !

    j’éspaire que on va lancer des invistigation sur sujet à l’aide des experts(qui sont a compter sur le doigt dans ce domaine ) pour on savoir pus encore plus..

    amazighement de pays de la révolution le Rifland,
    votre El Rifano

  5. Shalom aleykhum de So.We.To

    La Palestine appelle le monde mais ça sonne occupée !
    (Yacine AMAZIGH)

    L’ apartheid Israëlien utilise les mêmes armes que celles utilisaient par Peter BOTHA en Afrique du Sud.

    Il existe un Mandela Palestinien: MAROUANE BARGHOUTI
    Mais pas encore de De Klerk Israëlien.
    ( un extremiste Israëlien avait buté RABIN pour faire taire LA PAIX)

    Plusieurs manifestation ont eu lieu chez nous à Captown, So.We.To, Prétoria, Jobourg,…

    Le PrésidentSud Africain Kgalema Motlante estime que le conflit au Proche Orient démontre la nécessité d’une réforme de l’ONU :

    « LES NATIONS UNIES, EN PARTICULIER LE CONSEIL DE SECURITE, DOIVENT ETRE REFORMEES D’URGENCE AFIN D’ETRE PLUS REPRESENTATIVES DE LA POPULATION MONDIALE », a déclaré le Président Motlanthe. Selon lui, l’ONU ne respecte pas son mandat en ne considérant pas tous les pays de façon équitable. « SI UN PAYS A DES AMIS PUISSANTS AU CONSEIL DE SECURITE, ILS PEUVENT PARFOIS AGIR EN TOUTE IMPUNITE » a-t-il estimé.
    « TOUT CE QU’IL A A FAIRE C’EST D’ECOUTER LES MINISTRES ISRAELIENS DES AFFAIRES ETRANGERES OU DE LA DEFENSE POUR SAVOIR QUE VOUS AVEZ AFFAIRE A DES GENS QUI CROIENT POUVOIR S’EN MOQUER EN TOUTE IMPUNITE », a-t-il poursuvi.

    Le droit de veto, dont bénéficient les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, promeut les intérêts personnels, « CE QUI EST CONTRAIRE AU MANDAT » de l’ONU, selon M.MOTLANTHE,
    l’Afrique du Sud réclame depuis quelques années un siège permanent au sein du conseil.

    Pour info :

    « Aujourd’hui, les Etats-Unis ont enfin franchi une nouvelle étape pour effacer cette grande honte qui déshonore ce grand leader », a déclaré le sénateur John Kerry. La loi va être transmise à la Maison Blanche et devrait être signée par le président George W. Bush avant les 90 ans de Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid et prix Nobel de la Paix, le 18 juillet. « Nelson Mandela n’a pas sa place sur une liste de surveillance des suspects de terrorisme, point », a affirmé le sénateur Sheldon Whitehouse. « Le vote du Sénat aujourd’hui va permettre de régler un problème qui fut source d’injustice pour les dirigeants sud-africains et d’embarras pour les Etats-Unis ».

    La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, avait appelé en avril une commission du Sénat à lever les restrictions imposées à l’ANC, estimant « plutôt embarrassant » d’avoir à « intervenir personnellement pour autoriser l’entrée sur le territoire de (son) homologue sud-africain, sans parler du grand dirigeant Nelson Mandela ».

    La Chambre des représentants américaine avait adopté en mai une loi similaire à celle du Sénat.

    Depuis la législation introduite dans les années 80, sous Ronald Reagan, les membres de l’ANC pouvaient se rendre au siège des Nations unies à New York, mais pas à Washington ou dans le reste des Etats-Unis.

    Source: AFP

    Les déclarations de Nelson Mandela sur l’Apartheid israélien

    L’Apartheid est un crime contre l’humanité. Israël a privé des millions de Palestiniens de leur liberté et de leur propriété. Il perpétue un système de discrimination raciale et d’inégalité. Il a systématiquement incarcéré et torturé des milliers de Palestiniens, en violation du droit international. Il a déclenché une guerre contre une population civile et en particulier contre des enfants. » Ces paroles sont de Nelson Mandela, ainsi que les autres remarques faites par lui, en mars 2001, et qui restent malheureusement totalement d’actualité. Merci à Mireille Rumeau pour la traduction de cette lettre de l’ancien Président d’Afrique du Sud, à Thomas L. Friedman, éditorialiste au New York Times.

    « Cher Thomas,

    Je sais que vous et moi sommes impatients de voir la paix au Moyen Orient, mais avant que vous continuiez à parler des conditions nécessaires d’un point de vue israélien, vous devez savoir ce que j’en pense. Par où commencer ? Disons 1964.

    Permettez-moi de citer mes propres paroles lors de mon procès. Elles sont aussi justes aujourd’hui qu’elles l’étaient à l’époque : « J’ai combattu la domination blanche et j’ai combattu la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société démocratique et libre au sein de laquelle tous vivraient ensemble, en harmonie, et avec des chances égales. C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et que j’espère atteindre. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »

    Aujourd’hui, le monde, noir et blanc, reconnaît que l’Apartheid n’a pas d’avenir. En Afrique du Sud, il s’est terminé grâce à notre propre action de masse décisive, pour bâtir la paix et la sécurité. Cette campagne massive de défi et autres actions ne pouvait qu’aboutir à l’établissement de la Démocratie.

    Il est peut-être étrange pour vous d’observer la situation en Palestine ou, plus spécifiquement, la structure des relations politiques et culturelles entre les Palestiniens et les Israéliens, comme un système d’Apartheid. Votre article récent « Bush’s First Memo », dans le New York Times du 27 mars 2001, le démontre.

    Vous semblez surpris d’entendre qu’il y a toujours des problèmes de 1948 à résoudre, dont le plus important est le droit au retour des réfugiés palestiniens. Le conflit palestino-israélien n’est pas qu’un problème d’occupation militaire et Israël n’est pas un pays qui a été créé « normalement » et qui s’est mis à occuper un autre pays en 1967. Les Palestiniens ne luttent pas pour un « Etat » mais pour la liberté, la libération et l’égalité, exactement comme nous avons lutté pour la liberté en Afrique du Sud.

    Au cours de ces dernières années, et en particulier lorsque le Parti Travailliste était au gouvernement, Israël a montré qu’il n’avait même pas l’intention de rendre ce qu’il avait occupé en 1967, que les colonies resteraient, que Jérusalem serait sous souveraineté exclusivement israélienne et que les Palestiniens n’auraient pas d’Etat indépendant mais qu’ils seraient placés sous domination économique israélienne, avec un contrôle israélien des frontières, de la terre, de l’air, de l’eau et de la mer.

    Israël ne pensait pas à un « Etat » mais à une « séparation ». La valeur de la séparation se mesure en terme de la capacité d’Israël à garder juif l’Etat juif, et pas d’avoir une minorité palestinienne qui pourrait devenir une majorité, dans l’avenir. Si cela arrivait, cela forcerait Israël à devenir soit un Etat laïque ou bi-national, soit à devenir un Etat d’Apartheid, non seulement de fait, mais aussi de droit.

    Thomas, si vous suivez les sondages israéliens au cours des 30-40 dernières années, vous verrez clairement un racisme grossier, avec un tiers de la population qui se déclare ouvertement raciste. Ce racisme est de la nature de « Je hais les Arabes », et « Je souhaite que les Arabes meurent ». Si vous suivez également le système judiciaire en Israël, vous verrez qu’il y a discrimination contre les Palestiniens, et si vous considérez plus particulièrement les territoires occupés en 1967, vous verrez qu’il y a déjà deux systèmes judiciaires à l’œuvre, qui représentent deux approches différentes de la vie humaine : une pour la vie palestinienne et l’autre pour la vie juive.

    De plus, il y a deux approches différentes pour la propriété et pour la terre. La propriété palestinienne n’est pas reconnue comme propriété privée puisqu’elle peut être confisquée.

    Pour l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza, il y a un facteur supplémentaire à prendre en compte. Les soi-disant « Zones autonomes palestiniennes » sont des Bantoustans. Ce sont des entités restreintes au sein de la structure de pouvoir du système israélien d’Apartheid.

    L’Etat palestinien ne peut pas être un sous-produit de l’Etat juif, juste pour garder la pureté juive d’Israël. La discrimination raciale d’Israël est la vie quotidienne de la plupart des Palestiniens. Parce qu’Israël est un Etat juif, les Juifs israéliens ont des droits particuliers dont les non Juifs ne bénéficient pas. Les Arabes palestiniens n’ont aucune place dans un Etat « juif ».

    L’Apartheid est un crime contre l’humanité. Israël a privé des millions de Palestiniens de leur liberté et de leur propriété. Il perpétue un système de discrimination raciale et d’inégalité. Il a systématiquement incarcéré et torturé des milliers de Palestiniens, en violation du droit international. Il a déclenché une guerre contre une population civile et en particulier contre des enfants. Les réponses de l’Afrique du Sud en matière de violation des droits humains provenant des politiques de déportation et des politiques d’apartheid ont mis en lumière ce que la société israélienne doit nécessairement accomplir avant que l’on puisse parler d’une paix juste et durable au Moyen Orient et de la fin de la politique d’apartheid. Thomas, je n’abandonne pas la diplomatie du Moyen Orient, mais je ne serai pas complaisant avec vous comme le sont vos supporters. Si vous voulez la paix et la démocratie, je vous soutiendrai. Si vous voulez formaliser l’apartheid, nous ne vous soutiendrons pas. Si vous voulez soutenir la discrimination raciale et le nettoyage ethnique, nous nous opposerons à vous. Quand vous aurez pris votre décision, passez moi un coup de fil. »
    Nelson Mandela.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s