José Saramago, la crise actuelle est un crime contre l’humanité, les coupables doivent être punis.

Désormais il y a quelques grands « blogueurs », Fidel Castro est le champion toute catégorie, mais José Saramago, prix Nobel de littérature,  membre du Parti communiste portugais depuis 1969 a décidé de s’y mettre. Il est athée et se décrit lui-même comme un pessimiste. Son blog est désormais en ligne sous le titre O caderno de Saramago. D’après sa Fondation, il a l’intention de s’y comporter comme tout un chacun et de poster ses opinions sur le monde et la littérature.Il vient de déclarer que l’actuelle crise mondiale est un crime contre l’humanité et que comme il s’agit d’un délit les coupables doivent être punis, passer en jugement, à commencer par Bush, « ce produit malsain de la nature ».

Madrid, 17 oct (PL) Le prix Nobel de Littérature José Samarago a déclaré que l’actuelle crise mondiale constitue un crime contre l’humanité et doit être analysée comme telle  « dans les débats publics ou dans les consciences » .
Dans une analyse publiée dans le journal espagnol  Público, l’écrivain lauréat portugais a accusé de ce crime les pouvoirs financiers et économiques des Etats-Unis , avec la complicité effective ou tacite de leur gouvernement..
Une crime perpétrée froidement « contre des millions de personnes dans le monde entiers, menacées de perdre l’argent qui leur reste après avoir perdu leur unique et source de survie c’est-à-dire leur travail »,ajoute le texte.

C’est la très grave crise économique et financière qui convulsionne le monde  » à un point tel que nous ne pouvons pas échapper à la sensation angoissante que nous arrivons à la fin d’une époque sans que nous puissions pour autant percevoir ce qu’il va advenir après ». a-t-il souligné.

Pour Saramago, le monde est témoin de l’avanceécrasante
des grands potentats économiques et financiers, fous de conquérir   toujours plus d’et plus d’argent, plus et plus de pouvoir, avec tous les moyens légaux ou illégaux à leur portée, propres ou sales, régularisés ou criminels.

De la même manière, il dénonce la complicité des moyens de communication avec les banquier, politiques, compagnies d’assurances et les grands spéculateurs qui durant les 30 dernières années ont répondu avec la superbe de qui se considère comme le possesseur de l’ultime savoir.

Dans son article, l’intellecuel lusitanien octogénaire s’interroge s’ils vont en finir  enfin avec  les paradis fiscaux et les comptes dénombrés.
Il questionne également si « , on enquêtera d’une manière implacable sur l’origine de dépôts bancaires gigantesques, sur les ingénieries financières clairement délictueuses, sur les investissements opaques, qui dans beaucoup de cas, ne sont rien d’autre que des blanchiements massifs d’argent sale, d’argent du trafic de stupéfiants

Y comme il s’agit de délits, il faut demander si les citoyens ordinaires auront la satisfaction de voir juger et condamner les responsables directs du tremblement de terre qui est en train de saccager notre maison, la vie de nos familles ou notre travail.

Saramago dénonce les grands executifs et les administrateurs des entreprises délibérement conduites à la ruine et qui jouisssent de millions et de millions de dollars couverts par des contrats blindés que les autorités fiscales, payées avec l’argent des contribuables, feignent d’ignorer.
Le prix Nobel recherche aussi celui qui dénoncera l’active complicité des gouvernements dans la crise et qualifie le président nord-américain, George W. Bush, de produit malsain de la nature.
Et il demande si Bush ne savait pas ce qui ce passait dans les luxueuses sales de réunion et et à quoi  lui servent la CIA et le FBI, en plus des dizaines d’autres organismes de sécurité nationale qui prolifèrent dans la mal nommée démocratie nord-américaine.
Il rappelle que les crimes contre l’humanité ne sont pas seulement  les genocides, les etnocides, les camps de mort, les tortures, les meurtres sélectifs, les faims délibérément provoquées, la contamination massive et les humiliations comme méthode répressive de l’identité des victimes.
Les criminels sont connus, il ont un nom et un prénom, ils se déplacent en limousines quand ils vont jouer au golfe, et  ils sont si sûrs d’eux-mêmes qu’ils ne pensent même pas à se cacher.

Ils sont faciles de surprendre, il déclare  et lance un défi : qui est-ce qui osera  porter ce gang devant les tribunaux ? Tous nous lui serions reconnaissants. Ce serait le signal que tout n’est pas perdu pour les personnes honnêtes.

2 commentaires

  1. Bonjour Danielle

    Il n’est pas tout seul à le demander ! Et par ex, ça fait des mois que je le demande sur mon blog, ces criminels doivent être traduit devant un tribunal des Peuples !

    Bonne journée Eva

  2. Si demain, mardi 21, la poudrière des CDS explose, on se sera rapproché dangereusement -pour ces criminels- de l’heure du jugement.
    Eux, au moins, seront jugés avant d’être sanctionnés…


Comments RSS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s