Proposition des communistes birmans: La Birmanie sera une Nation totalement à la dérive si elle néglige son intérêt national

birmanie_20_dec_06.gifIntérêt national de La Birmanie
(proposition des communistes [birmans])
Version birmane en pdf
Version anglaise

et version espagnole. Merci à Estaban Garcia qui a assuré la traduction difficile de ce texte en travaillant sur l’anglais et sur l’espagnol. Ce texte est complexe, il ne répond pas nécessairement à nos questions immédiates, mais il est peut être plus intéresant de tenter de comprendre comment effectivement entre junte et USA, les communistes birmans se posent les problèmes EUX… Et à la lecture de ce texte il semble qu’ils soient tout à fait conscients des ingérences des Etats-Unis. Se débarraser de la junte est nécessaire mais pas pour tomber dans l’escarcelle des Etats-Unis.

DB

Sans plus de retard.
Nous traversons à l’heure actuelle une période dans laquelle les différents intérêts nationaux de chaque Nation du Monde se heurtent les uns aux autres. Dans cette atmosphère chargée nous devrons décider sans retard quel sera le meilleur intérêt pour La Birmanie. N’importe quel retard sur la confrontation à cette question nous sera préjudiciable et contraire à nos intérêts nationaux.

Nous autres, communistes, avançons à cet égard la suggestion suivante :

Qu’entendons-nous par Intérêt de notre Nation ?

À notre avis, toute considération pour l’intérêt national de La Birmanie doit prendre en compte ce qui suit.

1-Indépendance et confiance en soi
2-Souveraineté et intégrité territoriale.
3-Paix, stabilité et développement.

a/ Indépendance et confiance en soi

Pour une Nation le fait d’être indépendante n’est pas suffisant ; elle doit être également économiquement libre. Si elle ne l’est pas, elle devra dépendre d’autres pour toutes les questions à ce sujet. Nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire d’expliquer le fait que La Birmanie n’a jamais été indépendante depuis son indépendance.

L’intérêt national n’est pas transitoire ; il est perpétuel, de même que la dette nationale n’est pas seulement la dette du gouvernement [en place]. Lorsqu’il y a un changement de gouvernement, le nouveau hérite de l’ancien. Il ne peut se soustraire à l’obligation d’honorer les dettes du gouvernement précédent. De même s’il s’agit d’un gouvernement issu d’une Révolution, celui-ci est contraint de rembourser les dettes contractées par le gouvernement antérieur. Il devra rembourser d’une manière ou d’une autre.

L’indépendance d’une Nation ne peut se réaliser sur une courte période. C’est le travail dans un long processus. Il peut être obtenu progressivement grâce aux efforts d’un gouvernement élu et populaire travaillant de concert avec son peuple.

b/ Souveraineté et intégrité territoriale

Il serait erroné de supposer qu’avec l’octroi ou la déclaration d’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale serait acquise pour toujours dans un pays particulier. Celles-ci s’établissent seulement après l’engagement de plusieurs luttes. Dans notre pays le problème de la zone de Loi Lerng ne s’est pas encore arrangé avec la Thaïlande. C’est un blocage- malgré que la Nation a été indépendante depuis plus de cinquante cinq ans. Les menaces étrangères persistent encore, même après le règlement des problèmes territoriaux. Pour autant, nous avons inclus le maintien de souveraineté et d’intégrité territoriale comme une question d’intérêt national d’importance primordiale pour notre pays.

Les choses se compliquent plus dans les affaires internationales. L’Iran et l’Irak se sont mis en guerre à cause de conflits et de problèmes de territoires. Durant la guerre Iran-Irak  de 1980-1988, les Etats-Unis ont aidé l’Irak. Henry Kissinger qui se double en étant le « gourou » de la politique étrangère américaine, a dit une fois : « C’est le mieux de les laisser s’entretuer ». Des millions de personnes sont mortes durant cette guerre entre l’Iran et l’Irak.

Il est dit que le Président Georges W. Bush a invité ce « gourou » à la Maison Blanche pour donner des conseils. Qui seront les prochaines victimes ? Ce seront les kurdes, les musulmans Sunites, les musulmans Chiites ou bien les palestiniens ? Attendre et voir ! Ceux qui ont dit « le pétrole est une matière première qui a trop de valeur pour être dans les mains des arabes » doivent également considérer l’extermination de tous les arabes.

Nous pouvons en déduire qu’un jour, ils puissent dire aussi que les ressources naturelles et les gemmes de La Birmanie sont trop précieuses pour qu’elles nous soient laissées entre nos mains. Nous devons laisser les illusions comme celles que nous avions entendu pendant les 8888 agitations qui disaient « le gouvernement américains, est prêt à nous soutenir avec armes et équipement ». Ou comme certains de dire « les USA en attente de nous aider avec les tas de billets verts [dollars] ». Nous ne serons pas indépendants si nous avons une mentalité dépendante.

c/ Paix, stabilité et développement.

La nation a été privé de ces caractéristiques depuis 1948. En 1987, elle a été inscrite parmi les pays les moins développés à la grâce de l’autorité du BSPP1. Plus mauvais encore, nous craignons que La Birmanie ne devienne une Nation perdue à cause d’actions obstinées de la bande de militaires du SPDC2. Lorsque les intérêts nationaux rivaliseront les uns aux autres, La Birmanie sera une Nation totalement à la dérive si elle néglige son intérêt national.

Un des sérieux défauts des dirigeants actuels est de ne pas respecter leur propre parole. Le premier successeur du gouvernement BSPP, le général Saw Maung, en réponse à l’exigence populaire de remettre son pouvoir avant les élections de 1990, a dit « Nous remettrons le pouvoir au parti politique qui gagnera les élections et nous retournerons à nos quartiers ». Mais suite aux résultats électoraux contraires à leur espérance, Saw Maung et le SLORC3 retirèrent leur parole. Dès lors, au lancement de Daw Aung San Suu Kyi le 6 mai 2002, Khin Nyunt a déclaré qu’ils avaient tourné une nouvelle page d’histoire, et que les négociations entre le gouvernement et le NLD4 seraient réalisées rapidement. Jusqu’à aujourd’hui rien ne s’est réalisé. S’ils continuent d’agir ainsi, la Nation pourrait faire face à un désastre.

Nous autres, communistes de La Birmanie, portons cette proposition de façon que le peuple qui aime notre Nation soit en capacité d’éviter ce danger.

(2) (Explication)

L’intérêt de la Junte n’est pas l’intérêt national.

À peine laissions-nous d’entendre en différentes occasions le mot « socialiste » durant la période BSPP, voilà que nous entendons maintenant le mot « national ». Nous disons que c’est plus qu’assez.

La Junte pense peut-être qu’en érigeant les statues des chefs de guerre historiques de La Birmanie, qu’en reconstruisant les palais, que l’adoration des éléphants blancs ramenant les traditions des rois birmans dans la vie courante, qu’en ranimant les marionnettes et forçant les gens ordinaires à payer l’obédience à ces militaires de laiton, ils feraient la promotion de l’intérêt national.

En fait les responsables du SPDC trompent le peuple en présentant leurs intérêts du pouvoir comme étant ceux de la Nation. Une telle usurpation de l’intérêt national n’a jamais eu lieu même durant les époques féodales. Les guerres entreprises par Anawrahta, Bayinnaung et Alaungphaya ne sont pas des guerres nationales. La junte rend hommage aux seigneurs féodaux avec le message et la revendication qu’ils sont comme les rois du « guerrier-conquérant » du passé, les sauveurs de notre pays.

Nous ne pouvons laisser les intérêts nationaux être dévastés par le régime militaire.

Malgré la décision de gouverner le pays d’une main de fer avec des activités politiques ouvertes, les généraux prétendent qu’ils ne sont pas impliqués dans la politique. Ils sont plus effrontés que le gouvernement élu BSPP de Bo Ne. Si réellement ils sont distants de la politique, ils n’ont qu’à retourner à leurs casernements. Les activités politiques doivent être laissées aux politiques. Si la Junte persiste dans la sphère politique, ils doivent former un parti politique qui leur soit propre. Le parti ainsi formé sera un parti politique comme les autres. Il aura alors le droit de participer aux discussions sur les affaires de la politique nationale.

Nous ne pouvons permettre à la Junte qui veut perdurer en tout chapeautant, de décider du destin de la Nation. La Nation sera dévastée si elle est laissée entre les mains des militaires.

La secousse du Monde pour l’ère à venir est plus proche que jamais.

La guerre en Irak est juste une scène de ce jeu qui construit un nouvel ordre mondial. Les puissances du Monde continueront à ce jeu jusqu’à la réalisation de leurs rêves.

Pendant que l’étape se construit en Asie (selon Bush, tous les États appartenant à son « axe du mal » se situent en Asie, La Birmanie n’a pas beaucoup de choix, seul celui de supporter le coup des répercussions de la guerre. Même que le SPDC ne veut pas être impliqué, certains se chargeront de l’y impliquer.

Quelques personnes pensent naïvement que les Etats-Unis se tourneront vers La Birmanie après une victoire sur l’Irak. S’il en est ainsi, comment une Nation qui non seulement est plus pauvre et plus faible que l’Irak, et plus désunie encore que celui-ci ferait-elle face à l’agression d’une super-puissance ?

Le plan pour les intérêts nationaux doit être tracé en dehors de ce scénario.

La prise en compte de cette question doit être importante. Elle sera limitée si elle n’est basée que sur l’intérêt d’un parti, de quelques personnes ou sur celui du gouvernement dirigeant.

Pour le meilleur intérêt de la Nation, les actions doivent être décidées avec une large consultation et après avoir essayé d’obtenir le plus large consensus possible. Le plan sera effectué d’autant plus rapidement s’il est représenté comme un événement mondial. C’est pourquoi nous suggérons que nous devons le tracer avec une vision extérieure et une largeur d’esprit.

C’est dans cet esprit, nous avons proposé les trois points ci-dessus cités à tous ceux qui se considèrent comme des patriotes.
1BSPP : Parti du Programme Socialiste de Birmanie
2SPDC : Conseil pour le développement et la paix (ex SLORC)
3SLORC : Conseil de Restauration de la Loi et de l’Ordre de l’Etat
4NLD : Ligue Nationale pour la Démocratie

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s