Gerardo et Cardinal, une belle histoire d’amitié et de solidarité

Gerardo et Cardinal

L’histoire commence comme ça… C’est le 4 juin 2009, le jour même de son anniversaire, que Gerardo Hernández entendit parler du petit animal. Lira, un prisonnier qui travaille à l’usine située dans la prison, l’a mis au courant. Lira et un gardien nettoyaient les toits à l’aide d’un puissant tuyau d’arrosage et, sans le vouloir ou sans le savoir, ils détruisirent un nid qui abritait trois oisillons. Deux moururent sur le coup, mais le troisième survécut. Ils étaient si petits qu’ils n’avaient même pas encore de plumes. Ils sortaient probablement tout juste de leur coquille.

 

le gardien s’émut et, se sentant responsable, permit à Lira de le faire entrer en cachette dans la prison pour tenter de le sauver. Le prisonnier arriva avec l’oisillon posé sur la paume de sa main et, ne sachant que faire, commença d’interroger les autres prisonniers. Quelqu’un suggéra : « Demandons à Cuba [c'est ainsi que les autres prisonniers surnomment Gerardo], il aime les animaux, sûr qu’il saura quoi faire ». Ils appelèrent donc Gerardo, qui se rendit à la cellule où se trouvait le petit animal.

 

La première réaction de Gerardo fut de siffler, cherchant à imiter ce que la mère, supposait-il, ferait. Il remua ses doigts comme s’il s’agissait de petites ailes. L’oisillon ouvrit miraculeusement le bec. Gerardo commença de lui donner des mies de pain, puis, après avoir trempé ses doigts dans l’eau, il laissa doucement couler les gouttes dans le petit bec.

 

Gerardo ne voulut pas l’emporter dans sa cellule, mais il allait chaque jour le nourrir. Le problème qu’il y avait, c’est que, au début, le petit animal ne voulait manger que si c’était Gerardo qui le nourrissait. Un jour, Gerardo eut l’idée de lui donner quelques effilochures de poisson; résultat, le coquin se mit à ignorer les mies de pain. Puis ses plumes commencèrent à croître et Gerardo lui enseigna à manger seul. Il mettait des petits morceaux de nourriture sur la paume de sa main et l’oiseau s’y posait en toute confiance.

 

Mais les prisonniers étaient inquiets. En cas d’inspection, le petit animal serait un problème. Comme il était déjà plus grand, ils le sortirent dans la cour pour qu’il y vole librement. L’oiseau volait un peu et revenait se poser sur l’épaule de Gerardo. Quand il tentait de voler avec les autres oiseaux, il était rejeté à coups de becs. Il entra peu à peu en confiance. Gerardo entrait tout seul au pavillon où se trouve sa cellule, mais quand il sortait à nouveau dans la cour, l’oiseau arrivait à son tour pour le voir.

 

Une fois, alors qu’il y avait beaucoup de prisonniers dans la cour, quelqu’un dit à Gerardo que l’oiseau se trouvait quelque part par là, sur les barbelés. Gerardo siffla et, devant tous les prisonniers, le petit animal sortit on ne sait d’où et se posa sur son épaule. Incroyable. Tous parlaient de cette histoire.

 

Le petit oiseau, ils l’appelaient Cardinal parce que Gerardo lui avait peint les plumes de la queue au marqueur rouge, afin de le différencier des autres. La peinture lui causa quelque dommage. L’oiseau perdit les plumes de la queue, mais pendant peu de temps. Il les récupéra par la suite, et dans leur couleur naturelle. Malgré cela, le nom lui est resté : Cardinal.

 

Un jour, dans la cour, un autre prisonnier trouva l’oiseau le bec ouvert. Il faisait très chaud, il avait soif. Le prisonnier le prit et le remit à Gerardo, qui le cacha sous sa casquette pour le faire entrer sans qu’on le voit. Bien entendu, ils se sont rendu compte qu’il avait quelque chose d’étrange sur la tête. « Qu’est-ce que tu as sous ta casquette? » - « Rien », répondit-il. Mais Cardinal se mit lui aussi à répondre, pépiant à tout fendre. « Ne me dis pas que tu l’entraînes pour envoyer des messages à Fidel », dit un des gardiens en riant.

 

L’histoire ne finit pas là. Gerardo l’emporta dans sa cellule et lui prépara un endroit qui permette de le garder. Il jouait avec lui, qui se posait sur son épaule, sur sa tête. Quand Gerardo écrivait, l’oiseau venait distraire son attention, alors Gerardo lui donnait une petite tape amicale pour qu’il le laisse tranquille. Dans ces cas-là, Cardinal s’échappait vers son épaule, là où la main amie ne pouvait plus l’atteindre. Parfois il se blottissait dans le col de la chemise du prisonnier et s’y endormait, ou alors il picotait l’oreille amie; et lorsque Gerardo secouait la tête, l’oiseau déménageait vers l’autre oreille.

 

Un jour où Gerardo lui avait donné champ libre, l’oiseau vola jusqu’à la cantine et atterrit dans l’assiette d’un prisonnier grand et fort, qui était en train de manger un morceau de poulet. Le prisonnier l’attrapa entre ses mains, prêt à l’écraser, mais quelqu’un cria : « Le tue pas. Il est à Cuba. » Le cri le prit par surprise. L’homme lâcha Cardinal et demanda tout étonné : « Putain, qui c’est ça, Cuba ? »

 

En fait, Gerardo était très inquiet. Il y avait un gardien qui ne voyait pas l’oiseau d’un bon oeil. Au cours d’une inspection, il avait obligé le prisonnier à relâcher Cardinal et à fermer la porte juste après. L’oiseau était revenu un peu plus tard, estropié. Gerardo le garda quelques jours de plus dans sa cellule, le temps qu’il récupère. Et sur ce fait il y eut un lockdown (privation de toute communication, appliquée à tous les prisonniers collectivement). Or, quand il y a lockdown, il y a fouille générale.

 

Lorsque Gerardo sut qu’ils fouillaient, il fit sortir l’oiseau par l’interstice entre le sol et le bas de la porte. Cardinal s’envola à travers le pavillon où se trouve la cellule de Gerardo. Lorsque le gardien arriva, il vit la caisse où vivait Cardinal. Gerardo lui dit que c’était là que vivait son ami, de par sa propre volonté : « Le problème, c’est que je l’envoie dehors, mais il revient; ce n’est pas ma faute. » – « C’est ça, je vais croire que l’oiseau va revenir », lui répondit le gardien, qui fit mine de s’en aller tout en ayant l’air de dire ; t’es cinglé ». De l’intérieur de sa cellule, Geraldo siffla et le gardien resta coi devant le petit animal qui revenait. Sans se tromper, Cardinal avait identifié l’endroit où se trouvait son ami, au milieu de cette énorme galerie de cellules du premier et du second étages, toutes absolument identiques.

 

Cardinal arriva devant la cellule de Gerardo. Il regarda par la fente, mais ne put entrer (cela se passait pendant le lockdown). Il attendit tranquillement, jusqu’à ce que Gerardo, ému, lui ouvre le guichet par lequel ils passent la nourriture. Et Cardinal entra. Nouvelle fouille quelques jours plus tard. Lorsque les gardiens arrivèrent à la cellule de Gerardo, celui-ci leur dit qu’il avait un oiseau, de façon à ce qu’ils ne prennent pas peur s’il volait vers eux. Ils lui dirent qu’il devait le relâcher, mais comme aucun d’eux ne parvenait à l’attraper, ils emmenèrent Gerardo jusqu’à la porte du pavillon pour qu’il le relâche lui-même. Comme il y avait lockdown, Gerardo et l’oiseau parcoururent le couloir escortés par les gardiens. Tous les prisonniers les virent par la fente de leur cellule, et ils commencèrent à crier : « Ils emmènent Cuba et l’oiseau au trou », et ils se mirent à cogner contre les portes en signe de protestation. Le gardien leur cria : Calmez-vous! Je ne l’emmène pas au trou; nous allons seulement remettre l’oiseau en liberté. »

 

C’était la dernière fois que Gerardo voyait Cardinal. Le lockdown dura un mois, sans ouverture du pavillon. Le Cubain ne put sortir et Cardinal ne put entrer. L’oiseau avait vécu dans cette dure prison de haute sécurité depuis l’anniversaire de Gerardo, le 4 juin, jusqu’au 16 juillet, un jour après l’anniversaire de mariage de Gerardo et Adriana.

 

Et colorin colorado, ce conte (qui n’est pas un conte) est terminé.Gerardo et Cardinal

 

(Alicia a écrit cette histoire de mémoire deux heures après l’avoir écoutée de Gerardo au cours d’une visite qu’elle lui a rendue à la prison de sécurité maximale de Victorville, Californie). Gerardo a ensuite révisé et corrigé le texte, qu’Alicia veut remettre à la Maison d’ Edition Abril afin qu’il soit publié pour les enfants. Gerardo purge une peine de deux perpétuités + 15 ans, pour des accusations non prouvées au cours d’un jugement entaché d’un solide préjugé, à Miami.)

http://cubasilorraine.over-blog.org/article-gerardo-et-cardinal-une-belle-histoire-d-amitie-et-de-solidarite-39879306.html

About these ads

8 commentaires

  1. Voici l’histoire d’hommes qui ont sauvé l’honneur des Etats-Unis en emp^chant que de nouveaux attentats soient commis contre le peuple cubain au départ de Floride, voila comment Clinton, Bush et Obama traitent ces hommes là.
    Je préfère de loin le conte de Gérardo aux fables d’Obama, l’un a agit, l’autre a reçu un prix Noble par anticipation, une certaine forme de stocks options.
    l’un est en cellule avec les 4, les 5, les 6, les milliers d’autres, Mumia, Léonard Peltier, ceux de Guantanamo, ceux du Honduras, partout où règne la terreur Black Water et CIA.
    D’autres croupissent derrière les barreaux, Barghouti, Hamouri.
    Dans ce monde dit unipolaire les hommes du capital se croient tout permis et un homme debout est un homme frappé, d’office.
    Ces hommes debouts vacillent sous le poids des coups, des chaînes et ils tiennent bon, on pourrait les nommer Résistants et leur délivrer le prix Nobel de la dignité.
    Nous, vous, moi préparons les fêtes, pour eux c’est combinaison orange, baillons, ils auront un bout de dinde froide et de l’eau tiède, peut-être droit à un coup de fil sur écoute…pendant ce temps notre dinde sera chaude avec ou sans marrons mais accompagnée d’un bon pinard, nous échangerons des coups de fils sans écoute, nous nous embrasserons…pendant ce temps ils contempleront le plafond d’une petite cellule, écouteront les pas des gardiens, penseront aux leurs quand nous embrasserons les nôtres et les leurs comment passeront-ils ce nouvel an ?
    Certes la révolution n’est pas dans l’instant mais une bonne dose de colère, de cette saine colère ne serai-elle pas la bienvenue, ne serait-elle pas salutaire à nous mêmes, retrouver notre dignité comme eux ont conservé la leur, là bas, à Guantanamo, dans toutes les cellules de tous les pénitenciers ou Obama maintient l’espoir enfermé.
    Que fais je faire dans ces quelques jours pour être digne de ceux là ?
    Qu’allons-nous faire !?

  2. Le lien de l’article sur cubadebate :

    http://www.cubadebate.cu/especiales/2009/11/17/historia-gerardo-hernandez-prision-ave-pajaro/

    L’article est de Alicia Jrapko membre du comité international pour la libération des cinq.
    Il a été traduit par Corina

    Je suis désolée, j’ai repris très (trop) vite cet article qui m’a été envoyé par mail et j’ai oublié de noté ces informations importantes, quelqu’un pourrait dire là que c’est du travail de cochon…il aurait raison. J’étais tellement contente de le voir en français !
    Merci de bien vouloir corrigé.

  3. les fôtes d’orthographes aussi….mais il va être 2 h du matin et j’ai les yeux explosés…non non, je ne cherche pas d’excuses..

  4. ne t’inquiète pas tu auras le temps de le peaufiner pour le publier correctement dans grand soir sans citer changement de société… Bon ça va j’ai compris cette fois c’est définitif, je ne perdrais plus de temps à être la poire universelle. je ne demandais rien d’autre qu’un peu de loyauté, personne n’en semble capable, je ne demandais qu’un petit espace d’honneteté, de respect des autres, et je donnais ce que j’avais acquis et compris. Mais il s’avère que par vanité ou dieu sait quoi vous êtes incapbles de ce minimum, tant pis, une déception de plus, ce sera la dernière , je retourne à mes chères études sans perdre une minute de plus…? et vous allez avec les bricmont et les autres salopards que vous n’avez pas assez de mots vigoureux pour dénoncer quand ça vous arrange quitte à suivre la file quand ça vous intéresse… pour la joie d’être publié une fois avec audimat. Vous m’écoeurez tous..
    Danielle Bleitrach

    • Ce genre de considérations me passent complètement au-dessus de la tête…..je remettais tout doucement un pied ici, avec circonspection…… mais je vois que tu t’égares à nouveau……
      Quant à la vanité….

  5. il y a belle lurette que je mets rien sur Grand Soir mais ce site à tout autant le droit d’y mettre ce qu’il veut. Quand à Cuba Si lorraine qui a publié dès l’origine ce texte je ne vois pas en quoi il devrait accorder une priorité à quiconque, ce blog étant associatif et géré comme tel.
    Pour participer à Cuba Si Lorraine, pour savoir comment ce blog fonctionne, je peux dire également quelle ingratitude pour le travail d’information et de soutien à Cuba quand tant d’autres ont décroché.
    Tu ne peux appeler vanité, la volonté de soutenir Cuba Danielle et si ce texte était paru sur France Soir cela aurait été accepté de ta part sans doute.
    C’est reparti pour un tour, on se reverra l’an prochain mais porter l’accusation de soutenir un Bricmont ou un Gensane quand je suis viré de partout parce que je les combat cela est difficile à lire.
    Dommage que ta colère passe avant ce magnifique texte de gérardo qui pourrit en cellule.
    Je ne suis pas un salarié de Changement de Société,et heureusement car il y a longtemps que je t’aurais collée aux Prud’hommes, seulement un participant, j’y laisse du temps, de l’énergie, je ne suis pas un enfant ou un élève, je ne suis pas là pour me faire étaler quand tes propos virent au massacre à la tronçonneuse.
    Je retourne à mes blogs et à Cuba Si Lorraine, je reste à disposition de celles et ceux qui en veulent, que tu en sois ou pas.
    Salut et fraternité

    au fait en matière d’audimat Changement de Société progressait mais sans doute faut-il nommer cela « audience » c’est plus acceptable.

  6. libre à vous d’agir comme vous l’estimez juste mais je vous prie de ne pas insulter mes choix en les imaginant inspirés par la vanité… Si tel était le cas ce serait vraiment au 20 e degré… De toute manière je n’ai plus rien à prouver ma vie est derrière moi. Changement de société est à vous.
    Danielle Bleitrach


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 142 autres abonnés