Howard Zinn :Personne ne gagne la guerre

Sin Permiso, traduit par danielle Bleitrach pour socio13

Barack Obama et John McCain continuent de disserter sur la guerre. McCain dit qu’il faut maintenir les troupes en Iraq jusqu’à ce que nous "gagnions" et appuie l’envoi de plus de troupes à l’Afghanistan. Obama propose de retirer certaines (mais pas toutes) des troupes de l’Iraq et de les envoyer pour lutter et pour "gagner" en Afghanistan.


Pour quelqu’un comme moi, qui ai combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale et qui ait protesté depuis lors contre la guerre, il est nécessaire de se demander : a-t-on rendu fou nos leaders politiques ? N’ont rien-ils appris de notre histoire récente ? Ils n’ont pas appris que personne ne "gagne" dans une guerre;on peut être bien assuré, qu’il moura des centaines de milliers d’êtres humains, la majorité des civils , plusieurs d’entre eux seront des enfants ?
"Avons-nous gagné » en rentrant en guerre en Corée ? Le résultat a été une partie nulle, en laissant les choses comme elles étaient, avec une dictature en Corée du Sud et l’autre en Corée du Nord. Plus de deux millions de personnes sont mortes – la majorité des civils-, les États-Unis ont lancé napalm sur des enfants et 50.000 soldats américains ont perdu la vie.
« Avons-nous gagné " au Vietnam ? Nous avons été obligés de nous retirer, mais seulement après avoir tué deux millions de Vietnamiens, à nouveau une majorité de civils ; laissant à nouveau des enfants brûlés et avec 58.000 soldats étasuniens morts.
« Avons-nous gagné » la première guerre du Golfe ? Certainement pas. Oui, nous avons expulsé Saddam Hussein du Koweit, avec des pertes peu abondantes du côté américain,  mais environ 100.000 Irakiens sont morts. Et les conséquences ont été néfastes pour les États-Unis : Saddam est resté au pouvoir ce qui a permis aux États-Unis d’augmenter les sanctions économiques. Ce qui a impliqué la mort de centaines de milliers d’Irakiens, selon les fonctionnaires de l’ONU, et les bases d’une autre guerre ont été jetées.
En Afghanistan les États-Unis ont proclamé leur "victoire" sur les talibans. Maintenant les talibans sont revenus et les attaques vont croissant. Les morts récentes de militaires américains dépassent celles de l’Iraq. Qu’est-ce qui fait penser à Obama que le fait d’envoyer plus de troupes en Afghanistan va engendrer la "victoire"? Et s’il s’agissait d’une victoire dans un sens purement militaire: combien durerait-elle et quel en serait le prix en vies humaines dans les deux camps?
La résurrection des combats en Afghanistan est un bon moment pour réfléchir sur le commencement de l’intervention des Etats-Unis dans ce pays. Ceux qui disent qu’attaquer l’Iraq a étéune erreur , mais qu’attaquer l’Afghanistan a été correct ont de bonnes raison de le dire.
Retournons en arrière au 11 septembre 2001. Des avions jihadistes contre le World Trade Center et le Pentagone tuent à près de 3.000 personnes. Un acte terroriste, inexcusable pour tous les codes moraux. La nation est alors excitée. Le président Bush ordonne l’invasion et le bombardement de l’Afghanistan et la population américaine est conduite à l’approuver à cause d’une vague de peur et de colère. Bush annonce une "guerre contre la terreur". Excepté les terroristes, tous nous sommes contre la terreur. Donc une guerre contre la terreur sonnait bien. Mais Bush avait  un problème que la majorité d’américains, à chaud, n’avait pas envisagé: malgré ses fanfaronades pleines d’assurance, il  n’avait pas la moindre idée de comment ont fait la guerre contre la terreur.
Oui, Al Qaeda – un groupe relativement petit mais implacable de fanatiques – était apparemment responsable des attaques. Et, oui, il y avait des données sur lesquelles Osama bin Laden et les autres agissaient depuis l’Afghanistan. Mais les États-Unis ne savaient pas exactement où, ainsi  ils ont envahi et ils ont bombardé le pays entier. Ceci étant fait beaucoup de gens se sentirent bien : « Nous devions faire quelque chose » telle était leur opinion.
Oui, nous avions à faire quelque chose. Mais non d’une manière  irréfléchie ni n’importe où.
. Approuverions-nous qu’un chef de police ordonne le bombardement de tout un quartier où il y a un criminel atroce ? Mais voyons plutôt le chiffre de morts civils en Afghanistan dépassaient les 3.000 ce qui implique plus que les morts des attaques du 11-S. Des centaines d’Afghans furent chassés de leurs maisons et se convertirent en réfugiés errants.
Deux mois après l’invasion de l’Afghanistan, une histoire du Boston Globe décrivait  un enfant de 10 ans dans le lit d’un hôpital : "il a perdu les yeux et les mains à cause de la bombe qui a explosé dans sa maison un dimanche après avoir dîné". Le médecinqui s’occupait de lui  a dit : "les États-Unis sont probablement persuadé qu’il est Osama.si ce n’ est pas le cas: pourquoi font-ils cela ?"
Nous devrions demander aux candidats la présidence : est-ce que notre guerre en  Afghanistan est  finie avec le terrorisme qui l’a provoqué ? Non n’est-ce pas  notre propre guerre terroriste ?
———
Howard Zinn est coautor, avec Anthony Arnove, de Voices of a People’s History of the United States Su libro más reciente es A Power Governments Cannot Suppress ].

Traducción para www.sinpermiso.info : Daniel Escribano

About these ads

14 Commentaires

  1. Howard ZINN a rédigé "une histoire populaires des Etats-Unis" ce qui a le mérite de nous réconcilier avec cette Amérique là.
    En principe cet ouvrage sera à la cité du livre de l’Huma, à ne pas rater.

  2. Howard Zinn est un grand historien, mais pour devenir un bon analyste il devrait s’appuyer sur de meilleurs données. Comment comprendre la phase actuelle de l’impérialisme et la stratégie US si on ne comprend pas que la guerre au terrorisme a tout du prétexte idéal pour cette nouvelle phase colonialiste.

    Ben Laden et Al Quaida n’ont pas piloté ni les avions, ni les plans d’attaques du WTC, ni même un soit-disant jihad Islamique Mondial. Al-Quaida est une chimère crée par le CIA et le MI6.

    Pour percer ce "mystère" de polichinelle il suffit d’avoir la bonne clé d’analyse, c’est à dire analyser de façon scientifique et matérialiste les évennements du 9 septembre 2001 à New York et réaliser que la version officielle ne tient pas la route plus de quelques minute.

    L’Otan n’est pas allé en Afghanistan pour répondre à une attaque mais pour réaliser la seconde phase d’un plan colonial prévu de longue date, tout cela est très bien établi et documenté.

  3. il est peut-être un peu prématuré de prétendre que septembre 2001 fut l’oeuvre directe des américains eux-mêmes.Certes Al Qaida est l’enfant légitime de l’impérialisme américain, sa création mais les intérêts des uns et des autres peuvent finir par s’opposer.
    Reopen 911 soulève beaucoup de questions et d’interrogations(c’est déjà ça) mais apporte peu de réponses.
    Il appartient au gouvernement américain de prouver ses dires quant aux origines de ces attentats et mieux encore d’en établir la vérité quant à ses auteurs.Ceci ‘enlève rien à la volonté et aux choix de l’affrontement de l’impérialisme américain.

  4. Je crois qu’il y a un terme consacré pour exprimer ce que l’on ressent devant l’attentat criminel et imbécile du 11 septembre: il est clair qu’il y avait entre l’équipe au pouvoir à la maison Blanche, en particulier des gens comme Dick Cheney et les intérêts qu’il représente (et dont ce gouvernement est l’émanation) et Al Qaida des intérêts "objectifs". Il suffit de les noter sans affirmer l’indémontrable dans l’état actuel du dossier.

    Danielle Bleitrach

  5. Sarkozy, pour se faire réélire, a déclenché les émeutes en novembre 2005. Or il a été tout a fait inutile de le faire faire par ses propres copains (sauf un ou deux "fixers" qui ont réalisé sans doute des images pour les médias), la provocation a suffit. le 11 septembre, c’est pareil.

    Un jour ou l’autre, face à une provocation constante (le déni des droits des palestiniens) un groupe hostile aux États-Unis commettra une action qui pourra être exploitée. Bien sûr le terrorisme sous fausse bannière existe, mais le risque impliqué pour les manipulateurs est grand, et il se développe rarement en opération aussi compliquées. Il suffit de voir le prix payé par Aznar, non pour avoir placé des bombes dans des trains, mais pour avoir seulement tenté d’infléchir l’enquête vers l’ETA. Et pourtant, l’ETA, en Espagne, on n’aime pas …

    On ne peut pas affirmer avec certitude "qu’il n’y a pas eu complot" mais l’expérience finit par montrer qu’il n’y en a pas beaucoup. Par exemple, les attentats italiens (gare de Bologne, 1980) de la stratégie de tension qui ont certainement eu un effet politique important ne sont pas des complots sous fausse bannière. Ce ne sont que des fascites qui déposent des valises piégée dans une salle d’attente, et qui s’en vont en sifflotant. Et les théories qui veulent voir les Brigades Rouges comme des faux-nez des services secrets ne tiennent pas la route, à mon avis.

    La seule plausibilité, c’est le "laissez faire" des services secrets qui auraient su avant. Mais là aussi la vérité finit par sortir du puit.

    Exemple de véritable complot (source pas très secrète : "Monsieur X sur France inter); en 1989, les services secrets tchèques décident de faire tomber Husak, et pour cela un de leurs agents joue le role d’un étudiant tué par la police. Ou le faux charnier de Timisoara, en Roumanie au même moment : ce qui frappe dans ces complots des services de l’Est, c’est l’économie de moyens, le faible nombre de complices, et l’immédiateté et la simplicité des buts.

    Si un groupe de conspirateur s’était donné la peine d’organiser le 11 septembre, je crois qu’il aurait eu d’autres buts que simplement envahir l’Afghanistan : attaquer immédiatement la Russie ou la Chine par exemple! Il faut une proportionnalité des profits aux investissements et au risque, dans la guerre secrète aussi.

    L’inconvénient des théories du complot, c’est qu’elles véhiculent une fascination contre-productive pour le pouvoir. Face à un tel ennemi, apte à tout contrôler, non pas potentiellement, mais actuellement, on va se cacher dans son coin et on tremble, on sera écrasé, comme Winston et Julie dans 1984 de Orwell. Bonne raison pour ne rien faire au fond. Or à la guerre (et il s’agit d’hypothétiques opérations de guerre) on le voit bien lorsque l’on lit les ouvrages des maitres de stratégie, comme Clausewitz, le directeur des opérations est tout le temps dans l’incertain, il avance dans le brouillard, il n’agit jamais à coup sûr. Il sait qu’il ne maîtrise pas tout. Il est donc très improbable qu’il se lance dans des complots compliqués, qui dévorent le temps, les ressources, et le mettent à la merci de la moindre trahison. Mais des complots simples, ça oui : on mets des bombes à la Banque de l’agriculture, à Milan, puis on capture un anarchiste, on le torture, on le défenestre, et on dit que c’était lui (Piazza Fontana 1969). Personne ne le croit, mais ça le fait quand même car on a trouvé un coupable et on peut dormir tranquille…

    Les hypothèse de "reopen 911" outre qu’elles se contredisent entre elles sont donc en principe très improbables. Si improbables qu’il faut les considérer comme fausses. Même si elles étaient vraie.

  6. Gilles,je suis tout à fait de ton avis sauf la conclusion à savoir qu’on ne peut pas considérer des hypothéses comme fausses par ce qu’elle sont trés improbables.Il suffit de les considérer justement comme trés improbables.

  7. je suis d’accord avec Gilles, en politique il faut considérer les solutions improbables comme fausses, parce que la politique est l’art de convaincre et de rassembler autour d’une perspective. Si la chose est vraiment improbable, il est inutile ou plutôt contreproductif de le démontrer.
    Il n’empêche que l’on est toujours tenté de dire comme Sherlock Holmes, quant tout ce qui est probable s’avère erroné, il faut bien sortir du cadre imposé et envisager l’improbable.
    Danielle Bleitrach

  8. Et pendant ce temps là, le parlement Venezuelien demande la vérité sur le 11 septembre, l’Iran dénonce l’absurde version officielle, Cuba aussi.

    "il faut considérer les solutions improbables comme fausses, parce que la politique est l’art de convaincre et de rassembler autour d’une perspective."

    Non. La vérité reste la vérité, et c’est autour d’elle que nous rassemblerons, pas autours de froids calculs politiques.

    Parfois il faut avoir le courage d’être minoritaire quand les faits scientifiques s’imposent.

    Je me permets de rappeler que toutes les théories sur les le 11 septembre sont des théories du complot, qu’il soit islamiste ou du loby militaro-industriel.

    Je rappelle aussi que la politique est faite de stratégie, de secret, de trahisons, et que les complots font partie de l’histoire, qu’on le veuille ou non.

    "Les hypothèse de “reopen 911″ outre qu’elles se contredisent entre elles sont donc en principe très improbables. Si improbables qu’il faut les considérer comme fausses. Même si elles étaient vraie."

    Comme il est improbable que la terre tourne autours du soleil si on se fie à ses propres à priori. Je parle de matérialisme, de vérité scientifiquement établie.

    J’affirme qu’il est impossible de comprendre et d’analyser correctement la situation actuelle de l’impérialisme si on ne comprend pas le 11 septembre et le mythe de la guerre au terrorisme.

    Quand les fers de lance de la résistance, Venezuela et Cuba nous disent que la version officielle est fausse, il faut se prendre en main, faire son propre travaille d’investigation et sa propre autocritique, pour comprendre leurs conclusions, et tirer enfin les conclusions politiques d’une telle analyse.

    Avançons!

    Amicalement,

    Clément

  9. Chacun est comme il est…

    Pour moi il y a un grand immense complot, faire croire à l’humanité que la classe capitaliste est capable de gérer le monde et que les autres ne peuvent pas…

    De ce complot découlent tous les autres, ils ne sont que de ridicules gadgets…

    Je sais que la classe capable d’inventer le colonialisme, les divers génocides, les camps de concentration,et le bombardement d’Hiroshima, est tout à fait capable si ses intérêts sont en jeu de bruler le Reichtag ou de faire sauter les tours new yorkaise… Puisqu’aujourd’hui à cause de ses choix spéculatifs, de son pillage, des millions d’individus vont mourir de faim.

    Résultat je m’intéresse beaucoup plus aux propos de Rosa Luxembourg qu’aux multiples élucubrations qui fleurissent sur le net.

    Je m’intéresse y compris aux stratégies individuelles quand je peux les voir sur fond de classes sociales, comme dans l’affaire aujourd’hui de la banque de Santander …

    Il y a ce qui me parait vraiment explicatif et il y a de surcroît mon goût…

    C’est comme au théâtre c’est toute la différence entre la tragédie grecque ou classique et celle de Shakespeare et le drame bourgeois pince fesse, le boulevard, il en faut pour tous les goûts…

    Danielle Bleitrach

  10. Quand les fers de lance de la résistance, Venezuela et Cuba nous disent que la version officielle est fausse, il faut se prendre en main, faire son propre travaille d’investigation et sa propre autocritique, pour comprendre leurs conclusions, et tirer enfin les conclusions politiques d’une telle analyse.
    Mais ces nations ne disent pas pour autant voila où est la vérité et elles se penchent sur l’essentiel la volonté déclarée de guerre impérialiste avec la remise en service de la 5ème flotte, du versement de millions de dollars aux oppositions réactionnaires, avec le renforcement de l’Otan et la perspective d’utilisation de bombes nucléaires "propres".
    Il ne s’agit pas d’avoir le courage d’être minoritaires, ce courage là est le moteur même de ce blog et c’est un peu insultant pour ces animateurs dont Danielle est le fer de lance mais passons.
    Le 11 septembre a marqué l’Amérique et peut-être le monde mais le 11 septembre de Pinochet également, l’un aurait plus de valeur politique le l’autre ?
    Non simplement cela doit se restituer dans l’analyse politique globale et parler d’analyse scientifique en termes presque mathématiques en matière de luttes de classe cela me laisse plutôt perplexe et si cela est si simple j’en veux beaucoup à Marx,Lénine et tout un tas d’autres de ne pas nous avoir démontré avec simplicité que 1 plus 1 égal 2 (je crois) et tout est réglé.

    Les dirigeants des Etats-Unis n’ont nullement attendus un 11 septembre pour déclarer la guerre au monde, Fidel Castro n’a pas encaissé des centaines de tentatives de meurtres en sa direction depuis le World Trade Center mais un peu avant non ?
    Le 11 septembre prétexte, oui certainement mais ils en auraient trouvé un autre le 12 ou le 13, simplement.

  11. Oui c’est ça… Je n’ai jamais réellement entendu les Cubains mettre en doute la version officielle, ce que j’ai entendu c’est fidel dire une chose que je reprends toujours: "cet attentat criminel et imbécile".

    Je trouve que l’essentiel que l’on a fini par oublier c’est ce que dit Howard Zinn à la fin de son texte: est-ce que notre guerre en Afghanistan est finie avec le terrorisme qui l’a provoqué ? Non n’est-ce pas notre propre guerre terroriste ?

    Parce que le fait que l’on occulte c’est que quand on dirige ses guerres en priorité contre les populations civiles, femmes, enfants, vieillards, ce qui est le cas non seulement avec la bombe atomique, mais avec la manière copiée sur Hitler de bombarder en priorité les populations civiles, envoyer d’une haute altitude, à partir des B 52 des tapis de bombes, ou encore pratiquer des blocus génocidaires, c’est ça le terrorisme…

    Danielle bleitrach

  12. La vérité reste la vérité…je suis d’accord avec toi Clément et ce n’est pas parce qu’une hypothèse est très improbable qu’elle doit être considérée comme fausse elle reste très improbable…

    "J’affirme qu’il est impossible de comprendre et d’analyser correctement la situation actuelle de l’impérialisme si on ne comprend pas le 11 septembre et le mythe de la guerre au terrorisme"

    Par contre ce que tu appelles "si on ne comprend pas le 11 septembre" et que je traduis (?) par adhérer à l’hypothèse très improbable, ne m’empêche absolument pas à comprendre et analyser la situation actuelle de l’impérialisme et les motivations réelles de ce qui est communément appelé guerre au terrorisme, "contre l’axe du mal", terminologie qui me ferais sourire si ce n’était aussi dramatique.

    Je reviens un instant sur l’hypothèse très improbable:

    Un argument suplémentaire sur son improbabilité, au regard de l’importance de ces attentats, du nombre de personnes informées et donc du risque de fuites possibles sont autant d’éléments, sachant qu’à un moment ou un autre ça fuite, le risque serait trop important et les conséquences sur le gouvernement des EU idem.
    Cf : les mensonges sur les armes de destructions massives et conséquences.

    Je termine, si l’hypothèse très improbable était démontrée vraie cela amènerait quoi! un traumatisme du peuple américain qui aurait quoi comme alternative? voter Obama et puis quoi d’autre…Pensez vous que cela amènerait spontanément à une remise en cause de l’impérialisme?
    Je pense que ça n’apporte rien de focaliser sur l’hypothèse improbable et que ça ne fait pas avancer le schmiblic.
    Amicalement
    Marie

  13. C’est un blog vraiment interressant,on y apprends beaucoup de choses qui permettent de mettre en quelque sorte de la clarté par rapport à notre engagement en mettant en perspective le vécu qu’on a pu avoir.Je le dis mal mais en gros je veut dire qu’on est mieux armé politiquement.

  14. merci, si j’arrivais à vous faire vous intéresser un peu plus aux problèmes financiers et aux moeurs réellement abominables du capitalisme, j’aurai fait un grand pas.

    De surcroît ces gens ne sont pas méchants, ils sont dans des structures de pouvoir et d’accumulation qui sont totalement nocives, mais s’ils agissaient autrement ils ne seraient plus capitalistes. C’est ça le grand, le terrible complot, celui qui crée les famines, la mal vie…

    Danielle bleitrach


Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 123 followers